art quebec artistes peintre sculpteur
Galerie d'art
Galerie d'art
artiste peintre quebec



Professionnel
    

L'Âme d'une Académie
 [09-01-2013]

REMETTRE À CÉSAR…
 [18-03-2010]

L'Académie présente...
 [24-02-2009]

CRÉATION OU COPIE
 [29-11-2006]

EST-CE NORMAL ?
 [11-03-2006]


Fils RSS    [VERSION PDF]      Par Louis Bruens | le 2006-03-11

EST-CE NORMAL ?

Est-ce normal ? Pourquoi sont-ils si peu ou pas représentés dans les médias ? Toutes catégories confondues, ce sont les seuls à ne jamais profiter d’aucune visibilité publique. Seuls quelques magazines les publicisent, mais toujours à des coûts très élevés. Aucune comparaison avec les mises à l’honneur des artistes de la scène, des acteurs de cinéma, des humoristes, des chanteurs (es), des compositeurs, des écrivains aussi; non, ceux dont je parle ne bénéficient jamais, et n’ont jamais bénéficié, de la visibilité, de la publicité, enfin de la mise en marché que la télévision procure. Ceux dont je parle ? Les artistes en arts visuels, les peintres, les sculpteurs, les graveurs, les photographes. Mais, pourtant, certains animateurs ou intervieweurs ne peuvent s’empêcher de vanter les mérites de telle de telle chanteuse à la mode ou de cette excellente comédienne qui produisent de « si belles oeuvres picturales » commercialisées. Ce sont certainement des vraies professionnelles dans leurs arts respectifs, mais de là à faire prendre au public des vessies pour des lanternes, il y a une marge.

L’Art visuel est la plus ancienne forme de langage, de communication et d’émotion de l’homme sur terre.

Il me sera probablement répondu que c’est aux marchands de tableaux, communément appelés galeristes aujourd’hui, à faire connaître les artistes dont les œuvres garnissent leurs cimaises.

Sur les cinq ou six cents galeries d’art du Québec, j’en connais moins de vingt pourcent qui s’évertuent à mettre en valeur le nom de quelques-uns de leurs artistes. Par définition, un marchand de tableaux est un marchand, un commerçant, un vendeur. Pour beaucoup d’entre eux l’artiste n’est qu’un faiseur d’images, le producteur de biens à vendre, le pourvoyeur mensuel d’une simple marchandise. Après cinquante années dans le métier, je connais plusieurs galeristes dont l’honnêteté vis-à-vis des artistes n’a jamais été prise en défaut, mais il leur est financièrement impossible d’acheter par exemple de la publicité à la télévision. J’en connais, hélas, d’autres aussi, qui ne méritent aucun respect pour la façon dont ils traitent les peintres ou les sculpteurs; il s’agit là d’un genre d’arnaqueurs qui, non contents de prendre les tableaux des artistes en consignation, n’accordent à ces derniers que vingt pour cent sur la vente de leurs œuvres. Des histoires d’horreur du genre, j’en ai une collection.

J’ai connu des artistes, excellents par ailleurs, qui, après avoir été refusé dans plusieurs galeries, se sont simplement suicidés. Ensuite, ils ou elles ont fait partie des statistiques. Il n’existe pas de syndicat pour les artistes en arts visuels. Les règles du jeu sont inexistantes.

L’Académie a été fondée à la suggestion répétée au fil des ans, de plusieurs artistes, dans le but de remédier aux nombreuses lacunes de cette noble profession d’artistes en arts visuels et, ainsi que je l’ai déjà dit, c’est seulement le nombre de membres affiliés qui fera la différence.

Voulez-vous connaître l’Académie internationale des Beaux-Arts du Québec ?

N’oubliez pas de donner votre appréciation à nos artistes en cliquant sur l’icône « VOTEZ ».

Louis Bruens
Expert en marché d’art,  écrivain
Président exécutif


3 Réaction(s) Écrivez vos réactions à ce texte »

France Gaucher
2007-03-21 @ 12:31:27

Je suis frustré d'être artiste, je suis sollicité de tout côté et il faut que je donne a chaque fois mes oeuvres, ou c'est l'ENTREPRISE pour ne pas les nommées, qui font de l'argent sur notre dos.Pourquoi personne ne fait rien a ce sujet, l'artiste en musique a des redevances dès que ses chansons passe a la radio , l'acteur est payé pour ses parutions et pourquoi nous artiste peintre, il faut que l'on donne a chaque fois gratuitement.

J'ai besoin d'être informée a ce sujet!

Merci de faire valoir nos droits et d'ici là je continuerai de peindre pour mon plaisir et pour ceux qui veulent bien nous reconnaître.

Denis Larouche a.o.c.a.
2007-05-21 @ 10:22:12

Les artistes en arts visuels se demandent souvent le pourquoi d'une si faible représentation dans les média et en particulier à la télévision? En effet, la planète entière entend parler de jeunes chanteurs, de spectacles et films, mais peu des peintres et sculpteurs. À quand remonte la dernière entrevue sur les ondes de Radio-Canada, avec un peintre (vivant), ce réseau public qui se dit la "première chaîne culturelle".

Tout le monde est au courant des derniers clips vidéo, aussi médiocres fussent-ils, mais de grands peintres contemporains comme Kevin Sonmor, Tom Hopkins, ou Sophie Jodoin sont littéralement inconnus du public, en dehors du cercle des galeries d'art et des collectionneurs. Pourquoi?

J'y ai longtemps réfléchit et en suis arrivé à la conclusion que ceux qui bénéficient de cette attention médiatique ont un point en commun: l'industrie du spectacle et du divertissement.

Que couvrent les média? Chansons, films, spectacles et sports, les quatre grands créneaux de cette industrie des divertissements de masse. Les billets, comme les produits dérivés, sont relativement peu dispendieux. Les billets de cinémas se vendent entre $10. et $15., les CD et DVD entre $10. Et $25., les sports "haut de gamme", comme le hockey, sont plus cher mais se vendent quand même très bien.

Ce qui les rends attrayants pour les média est que, outre le fait qu'ils peuvent être vendus à une très large clientèle et à répétition, la notoriété et la validation que leur confère cette attention des chaînes de télé assure à ces mêmes chaînes de meilleures cotes d'écoutes lorsque ces spectacles sont présentés en ondes. Chose qui ne peut se faire avec les arts visuels.

Il s'est donc développé entre les média et le monde du spectacle, une symbiose qui profite aux deux parties. Les artistes de scène ont besoin des média pour remplir leurs salles et vendre leurs disques et les média ont besoin de ces mêmes artistes de scènes pour remplir leurs grilles horaires. De plus, plus grande sera la notoriété d'un chanteur, meilleures seront les cotes d'écoute, si ce spectacle est présenté à la télévision et meilleurs seront les revenus publicitaires découlant des commerciaux qui truffent ces émissions.

Incidemment, ceci explique aussi pourquoi on retrouve ces mêmes "artistes" dans des "talk shows", des jeux télévisés, etc... Cette culture est principalement une culture commerciale.

Paradoxalement, les média culturels ne font pas la promotion de la culture. Ils font avant tout leur propre promotion, en couvrant les événements qui leurs assureront les meilleures cotes d'écoute et les meilleurs revenus publicitaires.

Denis Larouche Peintre Hull, QC

Catherine Blackburn
2011-11-08 @ 13:52:24

Nouvellement inscrite à votre Académie, je trouve passionnant vos édito-blogues. Celui-ci m'interpèle particulièrement.

Je suis du même avis que M. Larouche face aux médias, soit que le divertissement et l'intérêt de la masse sont les revenus de ces chaînes.

Je crois par contre qu'une ou deux émissions culturelles sur l'art visuel pourraient êtres intéressantes, pour le faible % de téléspectateur passionné des arts, mais qui, mieux informés sur les investissements potentiels, pourraient augmenté avec l'offre.

Étant dans le domaine du design intérieur depuis 15 ans, je côtoie tous les jours des acheteurs potentiels pour des oeuvres d'art, mais ils l'ignorent souvent... ils pensent ajouter de belles images pour leurs déco. souvent des reproductions pas cher.

La mentalité des gens est tel que les galeristes l'ont créés: "tout le monde ne peut se permettre une oeuvre d'art, c'est pour la clic, les gens qui ont les moyens... " Pourtant tout le monde prend des REER, des investissements, à risque plus ou moins élevés ! Je vend d'ailleur mes toiles à mes clients, en expliquant que je suis un bon investissement ... mais la route sera longue... une émission de tv consacrée à différents styles, avec le travail de plusieurs artistes présentés et le contacts de ceux-ci, une rencontre avec ceux-ci... J'aurais plein d'idées!!!

Où encore, une émission sur l'intégration des oeuvres d'art en décoration, design intérieur, extérieur, résidentiel, commercial... Quand les gens voient, ils assimilent doucement , mais sûrement une idée, une image. Ce serait mettre en concrèt la réalisation parfaite de l'intégration d'une oeuvre à son environnement. Comme bien des revues de déco font déjà...

La mentalité des gens doit changer, car tout le monde aime l'art, ils vont avoir un coup de coeur pour un style ou un artiste, pour ce que dégage la pièce devant eux. Il faut maintenant les convaincres que l'art est un investissement, quoi de mieux qu'une émission sur le sujet! Afin que plus de créateurs vendent et plus il y aura d'investissements, plus le tout rapportera , plus il y aura de cote d'écoute, et ainsi de suite!

Comme c'est simple vue ainsi, mais je ne suis qu'une "feseuse d'idées" et non directrice de poste de tv...

Félicitation pour votre Académie, je suis fière d'en faire partie!

 

Ajouter un commentaire

Nous lirons tous vos commentaires et nous apprécions que vous nous les envoyiez. Vous devez comprendre que nous nous réservons le droit de les publier seulement s'il suscite un intérêt pour les autres visiteurs de l'Académie.

Nom:
Courriel:
Commentaires:

Les créations artistiques présentées sur les sites de l'AIBAQ sont protégées par le droit d'auteur. Toute reproduction sans le consentement de l'auteur est illégale et peut faire l'objet de poursuites judiciaires.
 
Les auteurs conservent l'entière responsabilité de leurs textes et ne présentent pas nécessairement les opinions de l'Académie (AIBAQ.)

© Copyright A.I.B.A.Q. 2005-2019 - Tous droits réservés