art quebec artistes peintre sculpteur
Galerie d'art
Galerie d'art
artiste peintre quebec



Professionnel
    

L'Âme d'une Académie
 [09-01-2013]

REMETTRE À CÉSAR…
 [18-03-2010]

L'Académie présente...
 [24-02-2009]

CRÉATION OU COPIE
 [29-11-2006]

EST-CE NORMAL ?
 [11-03-2006]


Fils RSS    [VERSION PDF]      Par Caroline et Louis Bruens | le 2009-08-28

Les arts visuels et l'humour

Les arts visuels et l’humour

Après une étude exhaustive, j’ai découvert que n’importe qui peut devenir une vedette en arts visuels. Naturellement, le choix du genre est très simple pour les personnes auxquelles je m’adresse. Il leur est absolument nécessaire de se «lancer» en Art contemporain. Il est à noter très sérieusement que l’art contemporain n’est pas tellement contemporain, car cette appellation est née en 1945 sous la plume d'un journaliste qui désignait alors Picasso comme «artiste vraiment contemporain», ce qui faisait suite à l’art moderne et  à la Grande Guerre. Il y a déjà 64 ans de cela. Et si on veut reculer dans le temps, on découvre le véritable art abstrait, en 1911, avec Kandisky, mais qui n'était pas cité, même de son vivant, sous le vocable contemporain.
Au cours de mon voyage virtuel, j'ai découvert  les styles et les genres qui nous sont présentés par plusieurs marchands, critiques d'art et «artistes». Des tableaux, des sculptures et du recyclage qualifiés d’impressionnisme, d’expressionnisme, de nouvelle figuration, d’abstractivisme, de singulier, de design textile, de technique mixte, de dessin, de gravure, de photographie, etc. Les sujets variés à souhait : Paysages, scènes de genre, portraits, animaliers, enfin, bon nombre de sujets figuratifs ou abstraits.
 
Les supports, neufs ou recyclés, sont de toile, de carton, de bois, de marbre, de granit, de béton, de bronze, de papier et j’en passe.
Après une rapide évaluation, j’arrive, toujours sous l’appellation : « Art contemporain », à 5 % d’excellentes œuvres, à 15 % de bonnes œuvres et à 5 % d’œuvres valables, tant en peinture, en sculpture qu'en installation. Il reste approximativement 80 % d’œuvres qui ressemblent à n’importe quoi, sauf à de l’art.
 
Oeuvre d'art CONTEMPORAINEC'est-à-dire des supposées « œuvres d’art » sans aucune valeur esthétique et sans attraits aucuns, réalisées par de nombreux similis créateurs pour ne pas parler de crétins. Et le comble, plus lesdites « créations » sont mauvaises, et plus elles se vendent cher. Il y a une vingtaine d’années déjà, plusieurs petits malins dans le monde ont ouvert une galerie dont la publicité annonçait, et annonce encore leur spécialité, par les termes « galerie d’art contemporain », comme si le terme contemporain définissait une valeur, un style ou un genre particulier. Je comprends vraiment mal que d’excellents artistes tombent dans ce panneau au lieu de garder la véritable définition de leur travail, qu’ils soient des impressionnistes, expressionnistes, etc., à moins que le sujet relève de certaines exigences de galeristes qui se targuent de ne présenter que de l’art contemporain.
Le terme contemporain ne définit nullement une école, un genre ou un style. En français, contemporain signifie : actuel, de notre temps ou de notre époque, ce qui signifie clairement que tous les artistes vivants sont contemporains… les uns des autres.
Mais, pour toute personne désireuse de devenir une vedette dans le marché de l’art contemporain, voici d’excellents conseils à suivre à la lettre.
 
Règles à suivre pour réussir une imperfection en art contemporain.
1.      Être vivant, car les œuvres d’un artiste contemporain mort ne sont plus de l’art contemporain, après la mort de l'artiste, l’œuvre sera enfin définie de diverses façons.
 
2.      Il est important de n’avoir aucune notion de dessin, mais vraiment aucune.
 
3.      Être totalement méconnaissant des règles de composition et surtout de n’avoir aucune notion de la règle d’or.
 
4.      Il y a grand avantage à faire fi de l’équilibre des couleurs.
 
5.      Un manque total de créativité est un avantage certain.
 
6.      Créer avec ou sans support de toile, planche ou n’importe quelle matière, n’importe quoi et n’importe comment, mais créer à tout prix.
 
7.      Il est important d’utiliser tout ce qui vous tombe sous la main : chaises, armoires, toiles, planchers... enfin tout ce qui est à votre portée.
Par exemple : une chaise bancale dans laquelle est introduit un manche à balai sera un chef-d'œuvre et pourra être exposée au centre d’une grande salle bien dénudée, aux murs blancs ou noirs, et de préférence dans un Musée, on appelle cela une installation… généralement subventionnée. Ou encore, un grand miroir brisé dont tous les morceaux seront élégamment disposés dans la même salle de Musée.
 
8.      Il est vraiment nécessaire que «l’œuvre» soit accompagnée d’un texte explicatif. De préférence hermétique, poétiquement alambiqué, truffé de néologisme, absent de ponctuation, donc, une écriture contemporaine aussi, texte signé de la main de l’auteur. Plus on en dit et plus la pièce prendra de la valeur.
 
9.      Toutefois, les créateurs contemporains devraient vraiment expliquer, décrire avec un flou artistique truffé de métaphores  ésotériques, l’objet issu de leur imagination fertile s'il en est. C’est-à-dire l'intensité de leur créativité. Ils devront user, pour ce faire, d’un minimum de trois pages afin d’atteindre, comme c’est l’usage, les sommets de l’incompréhension.
 
Le concept terminé atteindra le summum du snobisme et fera fureur auprès de la faune dite    «Contemporaine». Il s’agira simplement pour le créateur  de séduire «un galeriste branché», d'être accroché aux cimaises d'une galerie d'art contemporaine subventionnée ou «sans but lucratif», ou encore d'être éparpillé sur le sol d'un musée ou d'un centre d'art. Ne soyez pas dupes,  il ne faut surtout pas croire que les directeurs et employés des organismes subventionnés sont des bénévoles pour autant.

 


6 Réaction(s) Écrivez vos réactions à ce texte »

yvon chartrand
2009-09-02 @ 15:39:43

Marcel Duchamp est né en France le 28 juillet 1887 et décédé le 2 octobre 1968. Il a traversé le cubisme, le futurisme, Dada et le surréalisme en s'excluant de lui-même de tout courant. Marcel Duchamp a révolutionné la conception académique de l’art qui, jusqu'alors, ne jugeait la valeur d'une œuvre qu'à l'aune des efforts et du travail dispensés pour une finalité édifiante. Dans une entrevue télévisée (en noir et blanc) il affirmait que la nouvelle tangente de l’art n’était pas là pour plaire, contrairement à tout ce qui avait été fait jusque là. L’Homme passe devant l’œuvre la regarde et passe son chemin sans avoir développé un lien particulier car le but de l’art n’est pas de plaire à tout prix. Voici des citations de Marcel Duchamp qui sont précurseurs de l’abnégation (désintéressement) en art. ¨Ces sont les regardeurs qui font les tableaux.¨ ¨Je me suis forcé à me contredire pour éviter de me conformer à mon propre goût.¨ ¨Le goût est une source de plaisir, l’art n’est pas une source de plaisir, c’est une source qui n’a pas de couleur, pas de goût.¨ ¨Le grand ennemi de l’art, c’est le bon goût.¨ ¨Le titre est une couleur apportée à l’œuvre.¨ ¨On peut être artiste sans être rien de particulier.¨ ¨Peut-on faire des oeuvres qui ne soient pas d’art? ¨ ¨Toutes les expositions de peinture et de sculpture me font mal au coeur. Et je voudrais éviter de m’y associer.¨ ¨Un mauvais art est quand même de l’art, comme une mauvaise émotion est quand même une émotion.¨ ¨Tout ce que j’ai fait d’important pourrait tenir dans une petite valise.¨ Bref, Duchamp représente bien ce phénomène anti-art qui nous a malmené depuis les années de sa mort en 1968. Chacun a le choix de suivre ce mouvement qui donne à l’art un goût d’amertume et de dénonciation. Quant à moi, je laisse aux gens la liberté de me suivre dans l’expression d’une figuration qui a encore tant à dire et encore tant à chanter sur la beauté du monde qui nous entoure. À titre de référence vous trouverez ci-joint le tableau des courants d’art depuis les années 1960 afin de mieux cerner le contexte de mes propos. Mouvements et manifestes Années 1960 • Lettrisme • Actionnisme viennois • Art cinétique • Art conceptuel • Art cybernétique • Performance • Fluxus • L'installation • Situationnistes • Mec-Art • Minimalisme • Mouvement Trompe-l'oeil/Réalité • Nouveau Réalisme • Op Art • Pataphysique • Pop Art Années 70 • Art corporel • Arte Povera • Hyperréalisme • Land Art • Supports/Surfaces • Art sociologique • Figuration Narrative Années 80 • Esthétique de la communication • Art audiovisuel • Art vidéo • Art interactif • Figuration Libre • Nouveaux Fauves • Néo-géo • Street art • Trans-avant-garde Années 90 • Art en ligne • Art génératif • Art numérique • Art relationnel • Arts scientifiques • Art contextuel • Bio-art • Hyperréalisme Années 00-09 • Art promotionnel • Art contemporain chinois • Street Art • Pixel art

Yvon Chartrand Académicien

FONTAYNE
2009-12-24 @ 03:26:36

Bonjour

Je trouve intéressant que quelqu'un choisisse de prendre la parole sur ce sujet assez "chaud" dans l'aventure de l'art en ce début de siècle. Surchargées d'images nos civilisations occidentales ont un peu perdu la notion de l'authenticité de l'art. On se croit maintenant artiste parce qu'effectivement on "bricole" trois objets, on triture trois matériau qu'on assemble sur un support "original" et surtout, surtout, on ajoute un discours sur "MA DEMARCHE"... On a atteint de tels sommets dans "l'art contemporain" qu'on ne se dit même plus artiste mais "artiste plasticien" ce qui ouvre très largement les portes de l'apprenti bricoleur au panthéon des artistes. Adieu dessin, théorie des couleurs, nombre d'or ...Les connaitre permet à celui qui met des décennies à s'affirmer en tant qu'artiste (sans pour cela être reconnu d'ailleurs)de savoir défaire ce qu'il sait faire. On peut oublier tout cela si on le sait, et si on oublie de l'utiliser cela relève d'un choix artistique personnel et pas du hasard. Tous les plus "grands" ont planché sur les anciens et leur grandeur est intimement liée à cette connaissance. La vitrine Internet est une magnifique opportunité de se montrer mais...tout le monde peut se montrer et ceux qui ont une véritable qualité créatrice et picturale sombrent dans les oubliettes , noyés dans la masse de ceux qui savent mieux jouer des coudes...et qui sont des commerciaux avant d'être des artistes... Les discours sur l'art contemporain suivent un courant qui est celui de la mode, on fabrique la notoriété d'un artiste s'il correspond à ce courant, on crée l'évènement, on en parle, on le publie, on le vend dans les salles de vente connues pour faire grimper sa côte...Combien de ces artistes résisteront au temps qui passe? Je ne peux nier que l'art est un courant lié à une époque la notre en l'occurence...on est dans un monde virtuel, dans celui de la BD,mais aussi dans celui des guerres, de la précarité et de l'angoisse...Je crains hélas que beaucoup d'artistes qui travaillent à partir de tout cela soient convaincus de la détresse du monde...Leurs discours sonnent faux le plus souvent et l'émotion ne transparait jamais. J'aimerais sentir dans la "représentation" qu'ils nous donnent un peu plus de "métier" et de maturité, et surtout "sentir l'artiste, la personne" derrière tout cela. Enfin , pour le pratiquer au quotidien, on ne peut être "reconnu" et surtout"vu" que si l'on possède un minimum de moyens financiers ...Combien de salons, combien de galleries vous proposent de s'occuper de vous moyennant des sommes impensables pour celui qui a juste de quoi s'acheter son matériel?...Si vous n'avez pas d'argent, passez votre chemin, vous ne serez jamais montré...Même les plus prestigieux salons d'art contemporain demandent des prix inaccessibles à beaucoup et faute de moyens ils sont bien obligés de renoncer à se montrer. Je ne sais pas sije suis la seule à partager ce sentiment... Bien à vous

ClaudeL
2009-12-25 @ 09:29:33

J'aurais bien aimé avoir des noms de ces soi-disant créateurs!!!

maxime B
2010-02-17 @ 12:36:53

Premierement, l'utilisation du mot crétin(dans le sens d'idiot) pour caracteriser certains artistes met en lumière la non-validité de votre argumentaire et de l'académie internationale des beaux arts. À ma connaissance, aucune institution ne peut se permettre d'utiliser ce genre de vocabulaire pour caractériser un artiste(je ne pourrais accepter que le MAC traite de crétin michelangelo parce qu'il n'appartient pas à la période couverte par le musée)

Avec un temps limité, je vais essayer de mettre en lumière quelques problèmes de votre argumentation:

1. Quand vous dites, qu'apres une évaluation rapide, 5 % des oeuvres comptemporaines sont bonnes, à quoi faites vous référence. Comment pouvez-vous affirmer quelques choses de la sorte sur une 'évaluation rapide'. Si l'on utilise ce jugement, en évaluant rapidemenet n'importe quoi, on peut arriver à n'importe laquelle des conclusions!Dans le meme paragraphe, vous dites ce que ces oeuvres ne ressemblent à tout sauf à de l'Art...Mais quels sont vos critères pour que ce soit de l'art??

2. Dans un autre ordre d'idée, vous dites que ces oeuvres sont 'sans aucune valeur esthétique et sans attraits aucuns'. L'esthétisme n'est pas selon tous les critiques, quelque chose d'intrinseque à l'art. Il ne suffit que de lire un peu sur l'art comptemporain pour se rendre compte que le questionnement de cet art n'est plus la beauté(comme cela a été le cas pendant une bonne partie de l'histoire de l'art) mais bien, entre autre, une réflexion sur la condition humaine, sur la société et sur des rapports plus authentiques entre les humains. Finalement, quand vous dite que ces oeuvres sont sans attraits, vous devriez dire qu'elles ne sont d'aucun attraits pour vous! Par définition, le mot attrait signifie' ce qui attire' et l'on sait tous qu'on ne peut pas tiré de regles universelles sur l'attraction d'une oeuvre.

J'espere que vous aurez le courage intellectuel de publié pas seulement les bons mais aussi les mauvais commentaires sur votre article sur ce, je vous souhaite plus de rigeur à l'avenir! bien à vous, maxime

Louis Bruens
2010-02-22 @ 13:38:07

Bonjour monsieur Maxime B., J’espère avoir bien orthographié votre nom de famille. En réponse à votre excellent écrit, je me dois de vous rappeler qu’un éditorial reflète une opinion. Vous en avez une différente de la mienne et c’est votre droit le plus strict. Si vous aviez lu certains de mes ouvrages, et particulièrement « Investir dans les œuvres d’art », vous auriez découvert une table de critères bien détaillée au sujet des œuvres picturales. D’autre part, vous avez bien raison, j’ai eu tort d’user du terme « crétin » puisque ce mot définit une personne atteinte d’insuffisance thyroïdienne, alors qu’une centaine de synonymes s’offraient à moi pour désigner une belle quantité d’imbéciles de ce genre. J’ai atteint l’âge vénérable de 82 ans et je prends donc la liberté de vous donner la définition française de l’expression « ART » et ESTHÉTIQUE » Ensemble d’œuvres véhiculant cette expression et les caractéristiques d’une collectivité, d’une époque ou d’un lieu. Exemples : l’art égyptien, médiéval, art nouveau, baroque, primitif. Les arts populaires, L’ART CONTEMPORAIN, moderne et conceptuel. Chacun des modes d’expression de l’idéal ESTHÉTIQUE. Art dramatique, théâtral, lyrique, poétique, cinématographique et LES ARTS PLASTIQUES. Je vous prie de noter que je n’éprouve aucune aversion pour l’art contemporain, nous avons d’ailleurs à l’Académie plusieurs membres, excellents artistes, qui se définissent comme artistes contemporains. Mais je constate que trop souvent cette définition est utilisée abusivement dans le but d’inciter de braves gens à débourser de belles sommes pour des objets totalement dénués d’une quelconque valeur artistique. Dans bien des cas, il serait préférable de désigner « la chose » par la mention : « Expérience contemporaine ». Mais voilà, il s’agit encore d’une opinion qui est mienne.

Si vous lisez quelques-uns de mes éditos-blogues, vous y trouverez de nombreuses réponses, mais il est bizarre de constater que les réactions positives à mes écrits sont généralement signées au complet et les réactions négatives sont signées le plus souvent d’un simple prénom, comme dans votre cas d’ailleurs, ce qui démontre une forme de lâcheté… ou simplement de peur.

Je ne porterai plus les réponses à mes éditos non signées d’un nom complet et d’une adresse de courriel valable dans le site de l’Académie. Vous connaissez certainement l’adage qui dit : la critique est aisée, mais l’art est difficile. Votre écrit sera toutefois placé où il se doit ainsi que ma réponse.

Pour ma part, je vous souhaite plus de courage à l‘avenir. Louis BRUENS

Coulombe
2010-02-22 @ 20:53:47

Je trouve sa formidable pour les artistes,moi je fait des dessins pour le plaisir et faire plaisir à ceux qu'il les trouve à leurs gout au plaisir et à bientôt Guy @+

 

Ajouter un commentaire

Nous lirons tous vos commentaires et nous apprécions que vous nous les envoyiez. Vous devez comprendre que nous nous réservons le droit de les publier seulement s'il suscite un intérêt pour les autres visiteurs de l'Académie.

Nom:
Courriel:
Commentaires:

Les créations artistiques présentées sur les sites de l'AIBAQ sont protégées par le droit d'auteur. Toute reproduction sans le consentement de l'auteur est illégale et peut faire l'objet de poursuites judiciaires.
 
Les auteurs conservent l'entière responsabilité de leurs textes et ne présentent pas nécessairement les opinions de l'Académie (AIBAQ.)

© Copyright A.I.B.A.Q. 2005-2020 - Tous droits réservés