art quebec artistes peintre sculpteur
Galerie d'art
Galerie d'art
artiste peintre quebec



Professionnel
    

L'Âme d'une Académie
 [09-01-2013]

REMETTRE À CÉSAR…
 [18-03-2010]

L'Académie présente...
 [24-02-2009]

CRÉATION OU COPIE
 [29-11-2006]

EST-CE NORMAL ?
 [11-03-2006]


Fils RSS    [VERSION PDF]      Par | le 2013-06-10

Qu'est-ce qu'un artiste de l'Académie et la liberté d'expression ?

Je désire, en tout premier lieu, remercier la colonie artistique et toutes celles et ceux qui m’ont témoigné leurs sympathies pour la perte cruelle que j’ai subi le 12 mai dernier, vous avez été d’un réel réconfort, votre présence et vos mots si bienveillants m’ont aidée à tenir le coup. Merci!

*****************

Hier, je parlais à Diane Forest de la liberté d’expression dont les artistes de l’Académie profitent. Elle m’a dit directement :  tu devrais écrire là-dessus. Le deuil favorise la réflexion, l’introspection et la tristesse. Relire les vieilles cartes de souhaits, les lettres et les notes; réaliser qu’il est trop tard, que les projets pour «quand nous serons vieux» n’existent que dans mes souvenirs. Faire un retour en arrière, sur d’autres tombes, d’autres morts, comme pour lui trouver une nouvelle famille. C’est une tranche de vie dont le «nous deux» a disparu. Il ne reste qu’un JE. Et l’écriture au JE ne fait pas très bon effet. Et puis, qui est-ce JE ? Une femme bizarroïde, une personne presque inconnue, un être informe bicéphale et à deux cœurs, un nouvel animal? Ou un antédiluvien qu’on doit redécouvrir. Une vieille âme en tout cas. Tout se conjuguait au NOUS depuis si longtemps. Comment parer à ce coup si soudain de la vie? Le chagrin, la tristesse et la langueur prennent toute la place. Pas de temps pour autre chose. Un deuil frappe une personne à la fois et de toutes les manières, c’est vraiment cruel pour des âmes sœurs.

On ne peut compter sur tout le monde indéfiniment. Mais qu’est-ce qui vient donc à la rescousse ? Qui donc va arriver sur son cheval blanc ? Plus personne. Il est parti le chevalier qui me trouvait tant de qualités et les clamaient à tous haut et fort.

La réponse n’est pas très romantique, mais elle a le privilège d’être vraie. Eh bien oui, c’est le professionnalisme, c’est lui le guerrier salvateur, il existe et il est toujours là, tapi au fond de soi pour nous sauver la mise. S’asseoir à l’ordinateur, faire le vide… réfléchir à la question qu’on veut traiter, éviter le piège de la peur de la fameuse page blanche… et c’est parti, étrangement, on pleure, mais on écrit quand même.

LA LIBERTÉ D’EXPRESSION

Larousse et autres dictionnaires nous disent :

ARTISTE :

  • Personne qui exerce professionnellement un des beaux-arts ou, à un niveau supérieur à celui de l'artisanat, un des arts appliqués;
  • personne qui désire atteindre ce but, car il possède le sens de la beauté et est capable de créer une œuvre d'art : Une sensibilité d'artiste.
  • Personne qui fait quelque chose avec beaucoup d'habileté, selon les règles de l'art. 

EXPRESSION   :

  • Action d'exprimer, de traduire quelque chose, sans que la notion de communication soit essentielle : L'expression du mouvement dans une sculpture.
  •  Manière de s'exprimer, de représenter quelque chose par une technique artistique : Expression picturale.
  • Qualité de force, de vivacité par laquelle un artiste représente ses sentiments ;

LIBERTÉ :

  • Droit reconnu par la loi dans certains domaines, état de ce qui n'est pas soumis au pouvoir politique, qui ne fait pas l'objet de pressions : La liberté de la presse.
  • Situation de quelqu'un qui se détermine en dehors de toute pression extérieure ou de tout préjugé : Avoir sa liberté de pensée.
  • Situation psychologique de quelqu'un qui ne se sent pas contraint, gêné dans sa relation avec quelqu'un d'autre : S'expliquer (dans notre cas, s’exprimer) en toute liberté avec quelqu'un.

Plusieurs associations d’artistes représentent des peintres et des sculpteurs et se font les ardents défenseurs d’une façon de faire et font réunion sur réunion pour déterminer et imposer aux artistes, qui le médium qui le support et qui le sujet … etc. Et quand vient le temps d’obtenir des subsides, il faut que l’artiste fasse partie d’un monde de l’art bien pointu.

L’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec ne fonctionne pas ainsi avec ses membres, elle privilégie LA LIBERTÉ D’EXPRESSION, le droit aux changements, à la recherche et à l’expérimentation; elle privilégie bien sûr le talent, la qualité et la créativité; elle attribue des lettres de noblesse et sa pleine valeur à l’originalité, essence même de toute production artistique valable et prétendant à l’obtention d’une reconnaissance des pairs, des collectionneurs et du grand public, recette éprouvée menant à la notoriété. L’artiste peut s’échapper de tout, mais, pas de la léthargie mentale. Il doit constamment se renouveler, dépasser ses limites, se concentrer sur le marché de l’art, en évitant les pièges de l’offre et de la demande. De quelle offre ? De SON offre, car c’est l’artiste, le créateur, qui a les cartes en main, c’est lui qui propose. L’artiste doit donc être fier et fort. Il doit préserver son seul véritable trésor :  sa liberté d’expression. Il doit bien sûr avoir quelque chose à communiquer, des émotions à partager, des vibrations à transmettre. Il doit maîtriser parfaitement sa technique, s’occuper de son marketing, pour pouvoir un jour «vivre de son art », car, s’il ne le fait pas… on le traite de dilettante. Oui, mais doit aussi vivre l’artiste et sa production artistique est très coûteuse. Et il a une famille l’artiste… et il voyage l’artiste, ça fait partie de son travail, il doit le faire pour se ressourcer, pour enrichir son esprit de nouvelles idées, faire de nouvelles rencontres… s’imprégner de nouvelles images et atmosphères.

On pose à l’artiste les sempiternelles questions : combien ça prend de temps pour faire un tableau ? Combien valent ses œuvres « cette année »? A-t-il augmenté ses prix? Si oui, c’est cher… S’il ne l’a pas fait…Il ne prend pas de valeur sur le marché. Est-il encore un bon investissement ? S’il répond à la demande, il peint trop et on le trouve commercial. Pourquoi? Parce qu’il vend ? Quelle horreur!  Une panne d’inspiration et la galerie ne le représente plus, il ne peint pas assez. S’il répond à la demande, il est critiqué. S’il crée… s’il change… s’il change trop et si on ne le reconnaît plus… Le drame. Et parfois on ne l’aime plus. On vient dire ensuite que l’artiste est torturé, différent, solitaire. Mais qui donc dans notre société a ce courage qu’a l’artiste de présenter son travail, de se révéler à la critique, de présenter l’autre joue encore et encore. Et la liberté d’expression dans tout cela ? Les artistes sont les gardiens de notre liberté d’expression individuelle, si nous les «encadrons» ou si nous acceptons n’importe quoi comme production artistique de leur part, c’est du pareil au même. Ils sont notre reflet, notre miroir.

L’Académie dit oui à la liberté d’expression des artistes-peintres et sculpteurs dans des œuvres d’art de qualité.

J’invite les artistes du monde à joindre l’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec. Je demande aux membres de parler de notre mission de vous aider à diffuser vos œuvres par tous les moyens possibles. Je vous invite aussi à faire des comités, des délégations, des groupes-conseils, et du comité de gala, je vous invite à devenir un «électron libre» de l’Académie.

Et bonjour à toi l’artiste!

Mon Louis, tes vibrations nous seront pour toujours une source d’énergie à transmettre. Tu as fait ce que tu avais à faire, à nous maintenant, je connais ta rigueur, mais aussi ton indulgence. xoxoox

Caroline Bruens,










50 Réaction(s) Écrivez vos réactions à ce texte »

Lucie Cardinal
2013-06-10 @ 21:17:19

Ma belle Caroline comme tu écris bien, je lis tes lignes et je pense à Louis, il n'est pas très loin car je te lis toi mais je lis Louis aussi. Je t'aime, prends bien soin de toi!

Suzanne Fortin
2013-06-10 @ 21:20:15

Madame Bruens, Je vous devinais, dans le silence, dans la chair de l'autre, dans les pas de l'autre. Vous n'êtes pas seule. Il vous accompagne quotidiennement, plus vigoureux, en pleine possession de toutes ses facultés, de tout son AMOUR envers vous car, dégagé de ce corps qui ne lui rendait plus service. Vous ne cesserez pas de sentir qu'il est là, partout où vous vivez, dormez, travaillez. Votre continuation est la sienne aussi. Vos défis sont épaulés par sa vaporeuse présence psychique. Il est en vous et son coeur, son âme, son esprit vous appartiennent. La liberté d'être, de vibrer dans les mondes cristallins est un parfum que vous connaissez. Brave grande femme que vous êtes, volez par-dessus le quotidien et vous vous retrouverez toujours dans de nouveaux espaces éthérés. Avec ma plus profonde admiration, SÜ suzanne fortin

Jean-Pierre Neveu
2013-06-10 @ 21:28:59

Bonsoir Caroline

Ouf! J'ai rarement lu un texte aussi poignant.... aussi brillamment exprimé même que je dirais... épique, tellement qu'il nous semble nous rejoindre pour nous porter, nous, à porter un geste significatif afin de s'activer au sein de l'académie, suivant le message de notre " JEANNE D'ARC " des arts. Caroline, pour ma part, je désire m'impliquer dans l'académie là où je sais où je pourrais être le plus utile...en stimulant la créativité des membres par des ateliers ou conférences axés sur la conscientisation et le développement des pouvoirs de l'artiste...En tout cas... je désire m'impliquer, n'en reste qu'à vous de me le préciser, si vous êtes d'accord.

Et encore une fois Caroline...Bon courage, il y a beaucoup de gens qui sont derrière toi xx

Jean-Pierre Neveu

Jacinthe rivard
2013-06-10 @ 21:41:26

Bonjour Mme. Bruens, Je veux vous témoigner mes sympathies. Je suis membre de votre association depuis un très court temps et je ne savais pas vraiment les buts et les valeurs de votre groupe mais ce que vous venez d'ecrire est tellement ce que je ressent et tellement ce que je vie! Je veux vous remercier et maintenant je sais que je suis a la bonne place et que nos but et valeurs sont les meme!!!! Merci de nous accepter comme nous sommes!!! Jacinthe Rivard

Lorraine Gagnon
2013-06-10 @ 21:57:15

Magnifique texte qui me touche beaucoup Caroline, car quand vous dites que vous étiez deux âmes soeurs,je pense à moi et André et nous sommes deux âmes soeurs et cela me rend triste pour vous et cela est difficile pour moi de vous écrire car il n'y a pas de mots pour d'écrire se que vous vivez journée après journée sans votre Louis et je suis certaine qu'il est toujours à vos côté et je pense souvent à vous Caroline...(Je ne suis pas vraiment doué pour l'écriture Caroline mais je suis de tout coeur avec vous...Gros Calins pour Louis et vous Caroline...

Gabriel Lavoie
2013-06-10 @ 22:07:53

Merci beaucoup pour ce merveilleux message de liberté. La Vie nous offre l'inspiration à chaque instant...à nous d'être receptif et de prendre ce cadeau. Ce texte est très inspirant.

Merci de tout coeur...à toi et à Louis.

Danyele Bélanger
2013-06-10 @ 22:38:04

Je suis toute émue par ces lignes ,tu as écrit,comme mon coeur pense, C,est vrai, ont travaillent tellement à faire plaisir,à tous ces gens ,qui regardent un tableau à imaginer l'histoire qui se cache sur cette toile ,a faire revivre une émotion .Ce coup de pinceau qui est notre signature fais revivre un rire ,une peine un souvenir voilà notre métier . Tu es une grande artiste ,Caroline Une amie Danyèle Bélanger

Françoise Falardeau
2013-06-10 @ 22:39:08

Merci Caroline pour ce texte plein de sens. Quand j'ai décidé de prendre ma retraite de 35 ans de loyaux service à Radio-Canada pour me consacrer à temps plein à la peinture et de m'impliquer au niveau culturel dans ma région. Je ne pensais pas qu'il y avait autant de chose à apprendre, apprivoiser, comprendre, décider, jouer du coude, accepter des réponses qui souvent nous remettre en question, partager, se mettre continuellement à jour, être administrateur plus que artiste, formulaires dossiers à remplir, investisseur de notre talent (monétaire et énergie) et je pourrais en ajouter encore et encore.

Toi et Louis m'avez poussé à me donner des défis et faire ma place et je vous en remercie. Vous m'avez expliqué le monde des arts et ce de façon simple mais efficace. Je suis fière de faire partie de l'Académie. Je suis fière d'être porte parole. L'Académie est importante pour tous les artistes, de la relève à grand-maître.

Une fenêtre qui est et doit rester.

je suis et reste un "électron libre" de l'Académie

Salut et chapeau

Françoise Falardeau

rachel
2013-06-10 @ 22:42:11

wow! Quel beau texte! Quel force Mme. Bruens! j'entends les applaudissements de votre défunt! xx À bientôt! Rachel

Ursula Kofahl Lampron
2013-06-10 @ 22:57:06

Your passion for art and for M. Bruens is inspirational. Thank you for your love and commitment to us. It is truly a gift. Ursula

Manon Morency
2013-06-10 @ 23:39:06

Que de vraies paroles, que de vrais mots...la liberté d'expression demande une largesse d'esprit qui ne doit pas être contaminée par la mode, les tendances, la demande et tous les stéréotypes requis pour satisfaire une clientèle préétablie soit disant du marché de l'Art.

Oui à la technique, oui à la cohérente et pourquoi pas à l'incohérence dans une structure réfléchie. Et surtout...oui à la différence dans l'expérience.

La beauté de l'Art est justement dans l'accomplissement de la création du ressenti. La malédiction de l'Art, est l'humain qui se veut sommité et qui rejette ce que la majorité perçoivent comme une œuvre.

L'Artiste est pauvre, mais se doit de demeurer intègre.

L'Artiste est riche, et se doit de demeurer intègre.

En bout de ligne, l'important...n'est pas d'être pauvre ou riche...mais d'être Artiste.

Richard Vanlerberghe
2013-06-11 @ 04:50:36

Bravo ! et merci pour ce texte. Bien à vous

Evelyn Losier
2013-06-11 @ 06:00:19

Chere Caroline, Comme nous avons tous des parcours différents les uns des autres, et que c'est ce qui nous rends unique.La liberté d'expression est depuis des siecle bien établie.Sous toutes ces formes, artistique,politique,écrites etc...Une choses que l'on ne peut mésurer est la souffrance.Nous avons , chacun nos, romans, nos histoires d'horreur et heureusement de bonheur! Un viel adage nous dit: AVEC LE TEMPS TOUT PASSE! Il passera le temps des jours gris pour faire place au rayon de soleil!J'ai perdu la plus grande fan de ma vie,MA MERE, pionnière,créatrice et grande battante.Je n'ai pas tomber loin du pommier et elle ma lègué le plus bel héritage...La richesse du coeur, les valeurs et cette merveilleuse créativité! Là ou tout est possible! Quel voie d'Expression...Bon courage xxxEvelyn

Céline Grandmaison
2013-06-11 @ 07:02:24

Bonjour Caroline, votre plume est d'une grande qualité, on ressent bien à travers ce texte votre grande tristesse et votre désarroi d'être aujourd'hui seule pour continuer le rêve d'une vie à deux, toutefois votre courage démontre combien Louis, "votre âme sœur" savait qu'il avait raison de clamer haut et fort vos qualités tant appréciés de lui! Il connaissait bien "Sa Caroline", le soir du gala il tenait tellement à nous le faire savoir, était si fier de votre accomplissement durant sa maladie, votre présence auprès de lui, reconnaissant de votre vaillance pour arriver au moment butoir du gala à temps. Il était si heureux de nous vanter tout ce que vous aviez accompli sans lui, le merite vous revenant. Cependant, tout ce temps il était à vos cotés n'est-ce pas, même s'il ne pouvait y être en personne, vous ressentiez sa présence, et vous étiez confiante, alors aujourd'hui même s'il n'y est pas de corps, tout comme lors de la précédente année, il est et sera toujours à vos cotés afin de vous aider à continuer votre rêve mutuel!!!! Assis aux côtes de St-Pierre, il n'a de cesse de lui énuméré toutes vos qualités mais aussi son grand amour ! Oui vous êtes des âmes sœurs et même le voyage ultime ne peut vous séparé! Je suis très triste pour vous et surtout le courage dont vous faites preuve m'épate beaucoup! En couple moi-même, maintenant depuis 40 ans, je ne sais pas comment je ferai pour passer au travers de cette mauvaise épreuve, nous aussi sommes des âmes sœurs, souvent les mots sont inutiles, un simple regard et nous comprenons ce que l'autre ressent ou pense, c'était pour vous deux la même chose, alors Caroline, Il ne se passe pas un jour sans que je pense à vous! Merci pour avoir la volonté à continuer cette oeuvre qu'est l'Academie, et qui est une nécessité pour les artistes! Toutes mes sympathies chère Caroline!!!

Mylène Robichaud
2013-06-11 @ 07:14:48

C'est rassurant de lire ce texte, surtout que je viens de renouveler mon adhésion avec l'Académie. C'est énoncé de mission, ce blog!

L'aquarelle pour moi est le moyen de prendre mon envol et d'être libre. À chaque fois qu'on me demande d'être ceci ou cela dans ma peinture, j'ai l'impression de moins bien respirer. On tente de m'enlever ma dernière parcelle de liberté dans un monde régi par les règles, les lois, les normes. Merci à l'Académie de respecter cette liberté, de la promouvoir et de la protéger.

Lorraine Cloutier
2013-06-11 @ 07:36:42

C'est tellement ça!! Que vous avez les mots juste pour décrire ce qu'on peut ressentir en tant qu'artiste. Merci à vous

Marsan
2013-06-11 @ 07:38:18

Comme tu as raison Caroline. Pour nous, artiste, Une seule façon de s'en sortir: garder son indépendance et sa liberté et EN ASSUMER LES CONSÉQUENCES.

je t'embrasse

Jacqueline Gosselin
2013-06-11 @ 08:44:48

Bonjour Mme Bruens

À la lecture de votre texte, j'ai découvert une grande dame. La noblesse de vos sentiments face à l'épeuve ne fait aucun doute et malgré ce vide qui vous assaille, vous écrivez avec passion une évaluation pertinente des obstacles inhérents à la vie d'artiste. Merci pour le partage

Marcelle Hamelin
2013-06-11 @ 10:50:53

Bonjour ma belle Caroline, avant tout je voudrais te dire combien tu étais indispensable pour Louis et combien tu es importante pour nous tous. Bon courage, on continu............. Les gens quand il me demande combien de temps cela prend pour faire tel tableau

Je leur répond 40ans et quelques heures.

Je sais que je suis habité par une passion et que cette passion sera toujours là pour moi. Elle m'a prise très très jeune, elle gruge ma vie, mon temps, mes amours sans aucun regret.

Ce que je peignais jeune était pour plaire au public, je peignais ce que les galéristes voulaient. Cela me rapportais beaucoup d'argent. Mais à quelques part, je me sentais malhonnête car je voulais faire autre chose que ce que les gens demandaient.

Je me suis retirer du marché durant quelques années, car je voulais faire une recherche. Cette recherche m'amène à être moi-même, authentique sans égard au marché de l'art actuel.

Mais quel liberté, aujourd'hui je créer je fais ce que j'aime. Créer, créer toujours en mouvement, comme les saisons de mon coeur, comme la vie même.

Je sais de plus en plus que mes oeuvres sont mon écritures, ma poésie picturale. C'est une multitude d'images inscrite sur un support fixe. Ce qui donne naissance à mes racines. C'est une expérience spatiales de vides de lignes, de plans, de couleurs. Ma vie prend forme sur la toile en exprimant mes luttes et mes espérances. Dans la nature rien n'est fixe, la seule chose qui est constante c'est le changement. Je cherche a intégré dans ma création des fragments de vie. Voilà pour moi ce qu'est la vie d'artiste. Un mouvement perpétuel en quête de l'absolu.

denise de Grand'Maison
2013-06-11 @ 11:43:14

Quelle juste description! Vous avez sue Caroline mettre des mots sur des émotions, des ressentis souvent difficile à décrire. Malgré les moments difficiles que chaque artiste traverse, il n'en reste pas moins qu'effectivement nous avons la chance de faire un des plus beaux métiers du monde. Il nous transporte, nous anime, nous permet d'évacuer, de partager, de se découvrir et d'évoluer. Quelle chance nous avons d'avoir cette passion et le talent que nous pouvons exploiter à l'infini. C'est un chemin parfois difficile mais combien enrichissant. Par la force des choses la vie m'a emmenée ailleurs durant quelques décennies pour revenir encore plus déterminée et passionnée. Merci à tous ceux qui croient en moi, merci à la vie et merci pour ce support si précieux dont nous nous avons tous tant besoin.

Nancy Bélisle
2013-06-11 @ 12:53:57

Pour toi Caroline,

Il est difficile pour moi de mettre mes sentiments en mots, j'ai plutôt l'habitude de dessiner mes pensées, mes émotions et mes sentis. Suite à la lecture de ton texte, j'ai compris que je devais sortir de ma zone confort, tout comme toi, qui dois maintenant conjuguer et parler à la première personne du singulier. Tu sais Caroline, les âmes soeur ne sont jamais séparées, c'est simplement qu'elles marches sur des plans différents. Tu poursuit l'oeuvre de ta vie sur le plan terrestre et ton âme soeur en fait autant sur le plan céleste. C'est pour cette raison qu'à travers toi je vois encors un duo. Maintenant, nous les artistes avons un lien sur les 2 plans, c'est pourquoi je tien à vous remercié tous les 2 pour votre acceuil si chaleureux au sain de votre grande famille qu'est l'Académie des beaux arts. Sache que si tu as besoin de moi sur ton chemin, ce serra pour moi un honneur de marcher avec une très grande dame.

Nancy Bélisle ( Nabé ) xx

Gisèle L'Épicier
2013-06-11 @ 14:31:32

Oui Caroline la liberté d'expression c'est précieux. Je crois même qu'il est important d'être vigilant afin de ne pas nous censurer nous même en accordant trop d'importance au regard de l'autre concernant notre travail artistique... Je crois que le doute constant est un frein à la créativité.Non?

Mes pensées t'accompagnent Caroline. Bon courage et BRAVO de continuer

France Clavet
2013-06-11 @ 17:06:21

Ma chère et belle Caroline, Autant ton magnifique texte m'a bouleversée, autant il m'a permis de découvrir une femme que je ne connaissait pas.Écrire aussi bien avec un coeur aussi lourd relève d'une incroyable force de caractère et je sais maintenant que Louis n'exagérait en rien toute l'admiration qu'il te vouait.Il connaissait parfaitement bien la perle qui partageait sa vie et sur laquelle il savait pouvoir compter pour relever le grand défi de continuer sans sa présence

`France Clavet
2013-06-11 @ 17:26:50

(suite)à faire fonctionner l'Académie des Beaux-Arts.Je peux comprendre le vide immense qui t'habite Caroline; pour un temps, la grisaille fera inévitablement partie de ton quotidien mais il faut espérer que toutes les magnifiques couleurs que représentent chacun de nous les artistes autour de toi sauront bientôt t'apporter un peu de chaleur et de réconfort. Je suis avec toi et je te réitère mon offre; si je peux t'être utile en quoique ce soit, sache que je suis toujours présente. je te fais un tendre câlin. France Clavet

Jocelyn Morneau
2013-06-11 @ 17:30:58

Ma chère Caroline, C'est une réflexion bien touchante que tu nous adresses. Louis t'a laissé à la barre du navire de l'Académie; tu as fait tes classes et tes preuves à ses côtés. Nous, les artistes, nous sommes tous avec toi, sur le pont de ce navire. Tu n'es pas seule... Louis est toujours vivant! Bon courage.

Cristiana
2013-06-11 @ 20:11:08

Si je pourrais vous décrire les émotions que votre lettre m'a fait ressentir... Je viens d'un autre pays ' cette langue a vous :si belle , remplie  des milles nuances  , est pour moi   trop  dure à maîtriser. Je suis souvent  gênée d'écrire et de parler si mal en  Français: l'Art est devenu pour moi un moyen de communication au delà des mots.  Pourtant le chagrin , les doutes, la fierté, l'espoir et surtout l'Amour  que vous partagé avec nous ,me force à sortir de ma carapace et vous dire que vous êtes vraiment une : Personne fantastique, que je suis vraiment désolée jamais avoir eu la chance de vous connaître en personne, Ni avoir connu l'amour de votre vie. Merci de tout partager avec nous et de nous encourager avec votre force: Courage. P.S Veuillez tous pardonner   mes erreurs!

Johanne Maheux
2013-06-11 @ 22:48:28

Vraiment touchant votre texte. Merci de nous faire réfléchir et surtout continuer de le faire.

Marie Garneau
2013-06-12 @ 00:02:55

Chere Caroline, vous avez su mettre des mots sur des émotions si difficile à vivre. Votre Louis vous regarde de la haut et il est si fière de sa Caroline, il n'aurait pu choisir meilleure partenaire de vie pour poursuivre le chemin que vous vous etiez trace pour nous les artistes.Bon courage !

Marie Montiel
2013-06-12 @ 07:12:49

Chère Caroline, Ta plume célèbre avec amour et talent cette merveilleuse relation humaine que vous avez vécu Louis et toi.Je te remercie pour ces mots du coeur. Ils disent tout ce que l'on peut dire quand on a aimé, quand on aime encore ceux et celles qui nous ont quitté. Et pour ce qui est de la liberté d'expression, tant qu'elle respecte l'intégrité physique et mentale d'autrui, elle a toute sa place sur cette planète. Je t'embrasse Caroline Marie

Michèle Kramer
2013-06-12 @ 12:35:17

Caroline, ça prend beaucoup de force de caractère et de courage pour rester aussi lucide et expressive à la suite de ce grand malheur que tu viens de vivre. Je partage tes positions sur la liberté d'expression et salue ton dévouement, ta générosité et ton implication envers les artistes de tous genres. Merci à toi et à la mémoire de Louis.

Ginette Ash-Tremblay
2013-06-12 @ 16:29:42

Bonjour Madame Caroline, j'ai lu votre texte très poignant avec beaucoup d'émotion dans le coeur. Vous avez un tel talent pour l'écriture qui me touche profondément. Je vois que vous êtes une femme forte malgré la grande peine que vous vivez,la perte de votre cher mari, votre âme soeur. Soyez certaine, qu'il est à vos côtés, à tous les jours et toutes les nuits, et qu'il vous guide dans le chemin que vous continuerai de suivre avec assurance et détermination, qu'il vous protège et qu'il vous aime énormément de là-haut. Louis vous a fait un témoignage tellement touchant lors du gala, qui m'a tellement émue qui prouve qu'il vous respectait,qu'il avait une grande confiance en vous et qu'il vous aimait profondément. Dites-vous, qu'il est mort heureux! Caroline, vous êtes une femme de caractère, une fonceuse, une battante, une personne très engagée dans la mission de l'Académie, que vous avez fondée, vous et votre mari, et que vous y croyez. Soyez certaine que vous saurez tenir le flambeau avec brio et que tous les artistes vous respectent, ont une grande confiance en vous et vous apprécient. J'admire votre dévouement, votre générosité, votre disponibilité et votre implication envers tous les artistes. Je vous aime et vous embrasse. Bon courage et soyez heureuse, car vous le méritez bien. Je suis près de vous pour vous envoyer des ondes positives. Ginette Ash-Tremblay

Nicole Proulx et Sandra Grégoire
2013-06-12 @ 17:08:14

Bonjour Caroline,

Définir le droit à la liberté d’expression amène le dilemme si bien définit dans ta réflexion. Ce tiraillement entre ce que je suis et ce que l’on attend de moi , n’est-ce pas la bataille de la vie de chacun. S’exposer dans tous les sens du mot, demande du courage et cela appartient aux battants et aux battantes ou à ceux ou celles qui tendent vers cette aspiration. Tu es ce modèle de guerrière que plusieurs aiment chez toi et cela nous inspire particulièrement. Nous t’embrassons, Nicole et Sandra

Yvon Chartrand
2013-06-12 @ 21:20:00

Chère Caroline, Un texte qui ajoute à la destiné de l'artiste une quête, un objectif de vie, une gigantesque raison d'être soi-même au delà de toute dérive. Derrière ce texte il y a une force de caractère hors du commun. L'accumulation de grandes expériences et d'une maturation artistique qui transportent des idéaux dignes d'une académie internationale. Cette continuité dans l'élaboration d'une philosophie qui encourage l'artiste au dépassement tout en respectant son équilibre entre la créativité et la réalisation de ses œuvres représentent le contrepoids de sa réussite artistique. Cette force intemporelle souventes fois supportée par l'intelligence émotionnelle, fait partie aussi du cheminement de l'artiste. Dernièrement tu as fait preuve d'un vouloir d'exception et tu as mise en application tes principes de courage, détermination et de cette souplesse dans l'adversité. Sincères remerciements pour la justesse et l'efficacité de tes propos.

Jean Letarte
2013-06-13 @ 12:32:15

Bonjour Louis et Caroline. Je me permets de placer ensemble vos deux noms encore et encore. Comment répondre à toutes tes questions Caroline chérie? Quoi dire de plus?

J’aimerais ici citer le sculpteur Falconnet. « L’artiste est un homme que le préjugé public ne séduit point. Il a le droit par ces ouvrages et ces observations de s’inscrire contre toute autorité prétendue en vertu de laquelle on voudrait lui en imposer. »

(Étienne de Falconet statuaire 1781)

C’est bien aussi la pensée de Louis. La liberté de l’artiste ne se fait pas sur le dos des autres.

Je viens juste de me mettre la tête dans le 80 ans et je commence sincèrement à croire que l’artiste ne travaille que pour lui. Quand il croit que ces oeuvres sont enfin rendues à maturité, il est en droit de les mettre sur la place publique et de les faire voir.

Cependant, nous vivons des temps où la loi de certains qui eux ne jurent que par une forme d’art. Mais je ne puis accepter que les vedettes en place actuellement ne donnent pas le moindre millimètre de chance de vie à tout ce qui ne semble pas suivre une simple mode.

J’ai vécu les années 60 où les Borduas, Mousseau, Riopel, Vaillancourt, Molinari et j’en passé. J’en ai vu vivre et mourir souvent dans la misère la plus totale.

C’était la religion du paysage, la terreur de la présence presque religieuse du groupe des sept qui avait droit de vie dans nos musées et galeries.

Les temps ont passé et aujourd’hui le mot contemporain veut dire art abstrait point final. Hors de Borduas point de salut, disait un de nos grands penseurs abstraits.

La peinture dite réaliste devient lentement mais sûrement un art mineur ou orphelin. Elle est remplacée par de grande recherché en installation, bravo, mais il y a envers ceux qui pratiquent un art le moindrement représentatif une forme de rejet inacceptable. C’est une forme de racisme visuel

Les galeries naissantes meurent à une vitesse grand V et ceux qui perdent sont en général les artistes.

Il y a même une galerie qui prend 50 pour cent sur le travail d’une peintre, et qui exige aussi qu’elle y travaille comme, vendeuse et fasse aussi le ménage.

Les journaux et les médias d’information sont de plus en plus silencieux envers la peinture, les arts visuels et les artistes en général.

Place aux arts de l’humour , now it is show time. Let’s splash the colors around.

Il ne faut pas croire que tout cela va continuer ainsi. Non. Lentement mais sûrement l’histoire va s’écrire et une nouvelle façon de peindre, de s’exprimer viendra étouffer l’art dit contemporain actuel.

Ceux qui aujourd’hui règnent en rois et maîtres dans nos musées et galeries se verront expulsés des musées alors transformés en salles des spectacles musiques et couleurs.

Hier dans l’entrée de garage de mon voisin, avec de grosses craies de couleurs,une petite fille dessinait, les portraits de son papa et de sa maman. Je me suis dit, qui sait il y a peut-être encore une chance.

Il ne faudrait pas brûler nos pinceaux trop vite, des fois que...

Diane Turmel
2013-06-14 @ 11:42:20

à toi chere Caroline quoi écrire de plus après touts ces textes j`ai lìmpression que tout a été dit sur la douleur la grandeur avec chacun sa liberté d. expression dans un perpétuel mouvement avec les mots.Pour en ajouter quelque uns c`est l`école de la vie que nous tous nous fréquentons et tu as été à cette école belle dame ce qui fait de toi une grande âme car sur des milliers de personnes des temps passés oû futurs toi seul est toi car tu possède une richesse que nul autre ne possède Au delà des nuages ouvre tes ailes à l`infinni le coeur est un oiseau il reprenda son envol plus fort et plus beau pour continuer à donner et finir son travail de la vie Merci à toi l`artiste et à nous tous ce que nous sommes àvec ce quì`il est

Ginette Lambert
2013-06-14 @ 20:22:47

Bravo à tous pour vos commentaires, bravo à vous Caroline et bravo à Diane Forest pour la suggestion .

Lysette-Muna Brière
2013-06-14 @ 22:17:28

Bonsoir Caroline,

D'abord, félicitations pour cette réflexion tellement juste. Je retiens le mot LIBERTÉ dans tout ce qu'il contient. J'ai aussi connu la décès de mon âme-soeur, il y a 3 ans. Mon âme-soeur était avant tout un homme de liberté et, il ne pouvait plus vivre avec ce corps qui le brimait. Il a choisi la Liberté en quittant mais, croyez-moi, je le sens encore bien souvent.

Nos épreuves nous rendent plus vrais. Notre devoir en tant qu'artiste n'est-il pas de privilégier notre vérité et de la transmettre en toute liberté? Être né artiste comporte une mission d'authenticité envers nous-mêmes et envers les autres. Ce que le deuil apporte est une grande force car, l'Âme-soeur nous a légué ses qualités en héritage. Merci Caroline d'avoir ouvert cette réflexion. Mes sympathies. Lysette-Muna Brière

Caroline BRUENS
2013-06-15 @ 11:48:56

Merci ma belle Lucie, sans la famille qui nous supporte dans les moments plus difficiles ainsi que dans les célébrations plus particulières la vie serait un long fleuve d'écueils, elle est tumultueuse pour certains et un long fleuve tranquille pour d'autres. Mais c'est formidable la vie!

Caroline BRUENS
2013-06-15 @ 12:03:27

Bonjour Su, Nos nombreuses conversations nous ont permis de mieux se comprendre et Leonard Cohen nous a réunies lors de l'Allelujah aux funérailles de mon cher Louis. notre chère Linda Dubois en a fait une interprétation très sensible en compagnie d'Yves Labrèche et je les en remercie. En effet, le silence est lourd et les bras de l'autre, son épaule et sa chère présence n'y sont plus. Savez-vous que nous avons fondé l'Académie le 11 mai 2005 et que Louis a tiré sa révérence dans la nuit après le gala tenu le 11 mai 2013. Quand on parle de coîncidence.... Il est redevenu le grand dragon qu'il a toujours été. La seule consolation, c'est qu'il ne souffre plus. Je vais continuer son oeuvre et marcher dans ses traces,.. comment faire autrement :-)C'est bien de voler au-dessus du quotidien en revisitant tous les souvenirs, chaque bout de papier reprend un sens en traçant le chemin de l'avenir.

Caroline BRUENS
2013-06-15 @ 12:23:01

Réponse à Jean-Pierre Neveu Bonjour Jean-Pierre, Merci pour tes bons et beaux écrits. Écrire avec son coeur... comme cette phrase peut-être banalisée. La passion se révèle intacte quand elle est authentique. Un artiste ne peut rester indifférent devant la vérité d'une expression qu'elle soit littéraire ou picturale. Je connais vos angoisses, vos défis et votre réalité depuis de si longues années qu'il m'est aisée de l'exprimer. Si ce texte est porteur, tant mieux, c'est le but de l'exercice. Expliquer encore et encore le travail des créateurs, faire comprendre que l'oeuvre d'art acquise est unique... et que c'est VOUS qui la possédez et vous avez le plaisir de partager avec les autres une tranche de vie d'un artiste. Sa vision, son univers, son monde. Oui, il faut défendre et expliquer tout cela. Merci de vouloir vous impliquer au sein de l'académie il y a vraiment fort à faire. En passant, je m'appelle Jeanne sur mon baptistère : Marie Jeanne. Je partage avec elle le cheval et l'armure, j'espère toutefois ne pas connaître une fin aussi tragique... La visite de votre atelier est tellement révélatrice du feu :-) qui vous anime tous les deux. Bonne journée,

Caroline BRUENS
2013-06-16 @ 07:42:10

Réponse à Jacinthe, Saviez-vous que l'Académie a été fondée le 11 mai 2005 et que mon Louis est mort dans la nuit du 11 mai 2013, après le gala ... Je sais que c'est une coïncidence... mais, ça frappe quand même :-))Faire partie de l'Académie aide l'artiste à se dépasser pour atteindre son idéal et se faciliter la vie pour le partager. Un groupe d'artistes unique, vous êtes à la bonne place Jacinthe, soyez en certaine.

Caroline BRUENS
2013-06-16 @ 07:47:01

Réponse à Lorraine Gagnon Merci à vous deux. Lorraine, vos créations sont différentes et l'Académie réussie à en faire profiter le plus grand nombre. Votre succès au vote du public en témoigne. Avec tout ce que nous avons partagé, mon cher Louis fait partie de moi, chaque jour qui passe j'en ai l'intime conviction. Merci Lorraine

Caroline BRUENS
2013-06-16 @ 07:54:16

Réponse à Gabriel Lavoie Un mois déjà depuis que mon cher Louis nous a quitté. Si mes écrits savent t'inspirer, je vais écrire souvent, tes oeuvres le sont tout autant. Bravo pour t'être mérité le Prix de la thématique en peinture. Merci à toi et à Chantal pour les magnifiques fleurs. À bientôt, il nous regarde, j'ai enfin «l'ange gardien» que j'attendais quoique je le préférais assis dans son fauteuil à la Fête des Pères.

Caroline BRUENS
2013-06-16 @ 08:00:20

Réponse à Danyele Bélanger Nos coeurs ne peuvent penser différemment, c'est ça l'amour. Les coeurs battent à l'unisson. Il faut que tu travailles pour t'exprimer et te faire plaisir et pour un idéal supérieur qui t'amène à te dépasser. Ta peinture devient alors plus grande que toi. Comme tu le dis si bien... tu fais revivre des souvenirs, des émotions, du rire etc. Quel pouvoir! Depuis tes années à l'Académie tu t'es dépassée et tu continueras à le faire, j'en suis certaine. Ne laisse personne te dire qui tu dois être.

Caroline BRUENS
2013-06-16 @ 08:07:43

Réponse à Françoise Falardeau

Tu as raison, mais bien peu de gens connaissent l'ensemble du travail de l'artiste qui doit se renouveler constamment. Si nous avons pu t'aider et que tu en témoignes c'est un réel incitatif pour continuer... et si en plus tu fais partie des équipes d'électrons libres d'artistes qui veulent mettre l'épaule à la roue,comment résister. C'est à moi de dire Merci à l'avance. :-)))Tu es une excellente porte-parole Une fenêtre qui est et doit rester.

je suis et reste un "électron libre" de l'Académie

Salut et chapeau

Françoise Falardeau

Lise B Tétreault
2013-07-02 @ 15:17:42

Chère Caroline et Louis,

Puisque ce chevalier tu le portes en toi,il est toujours là. Heureuse de te retrouver durant cette période de recueillement, suite à ce départ tragique. Le passage de Louis sur cette terre laisse des traces à jamais; elles sont là pour l'éternité. Il doit maintenant poursuivre sa route dans une autre dimension. La vie est éternelle! Il a su gagner ton coeur par son amour et notre coeur par sa générosité, sa détermination, la rigeur de son travail et son sens de la beauté. Il te faisait confiance, nous te faisons confiance, alors ne doute pas de tes qualités et va de l'avant. Ton JE est une richesse que tu sauras affirmer en allant au plus profond de toi, j'en suis certaine. Il s'extériosera pour un partage grandissant et salutaire.

Amicalement et artistiquement vôtre Lise B T

france Malo
2013-07-09 @ 22:28:07

Bonjour aux artistes qui s'intéressent à la liberté d'expression et au texte de Caroline exprimant bien la vie d'un artiste contemporain et de son rôle dans la société. Je reviens de Chine et j'ai eu le plaisir de rencontrer deux artistes professionnels, Grands Maîtres en Beaux-arts à Beijing. Notre conversation sur la liberté d'expression a été au coeur de notre discussion. Chacun d'eux ont tous les jours des comptes à rendre aux autorités chinoises. Avec une extrême tristesse dans leur visage et leur voix, ils ont mentionné toute la chance que j'ai de pouvoir exprimer en peinture ce qui m'anime profondément et en toute liberté. J'ai réalisé combien , nous occidentaux, sommes privilégiés d'utiliser l'art pour exprimer notre vécu, nos observations sur la vie actuelle et nos perceptions prémonitoires sur l'avenir des êtres humains vivants en cette période chamboulée de contractions et de désillusions. L'ARTISTE comme GUIDE SPIRITUEL à celui qui croit encore à l'être humain?

Danny Barbeau
2013-09-05 @ 20:57:33

Mme Caroline Bruens d'une telle douceur sont ces mots que vous nous offrai tendrement a nous les artiste a l'esprit libérateur. Votre écriture me fais du bien. Je vous ai contacté pour la premiere fois par téléphone le 5 sept. Vous m'avez accordé votre temps d'une facon que je concidere exeptionnelle., j'ai réalisé plus tard que j'avais oublié de vous offrir mes plus sincere condoléance. J'en profite pour vous remercier de m'avoir ouvert grandes les porte de l'académie. On n'a tellement besoin de gens comme vous. merci Mes plus sincere sympathie j'ai que de belle énergie qui émanent quand je pense a vous. Jespere que vs les sentirai a distance. bien a vous Danny

DALLA LONGA Gisèle
2013-09-24 @ 04:25:26

Bonjour, Votre texte est une oeuvre artistique! On la visualise, on la touche, on la respire...du moins pour moi! Belle toile émmtionnelle! dallalongagisele.over-blog.fr

Danyele Belanger
2019-12-11 @ 13:00:35

J ai relis ton écrit ,il est aussi fort et puissant aujourd'hui , c est toi maintenant notre muse , je continue à faire valoir notre académie , tiens le flambeau très haut,et nous aussi,Danyèle Bélanger

 

Ajouter un commentaire

Nous lirons tous vos commentaires et nous apprécions que vous nous les envoyiez. Vous devez comprendre que nous nous réservons le droit de les publier seulement s'il suscite un intérêt pour les autres visiteurs de l'Académie.

Nom:
Courriel:
Commentaires:

Les créations artistiques présentées sur les sites de l'AIBAQ sont protégées par le droit d'auteur. Toute reproduction sans le consentement de l'auteur est illégale et peut faire l'objet de poursuites judiciaires.
 
Les auteurs conservent l'entière responsabilité de leurs textes et ne présentent pas nécessairement les opinions de l'Académie (AIBAQ.)

© Copyright A.I.B.A.Q. 2005-2020 - Tous droits réservés