art quebec artistes peintre sculpteur
Galerie d'art
Galerie d'art
artiste peintre quebec



Professionnel
    

L'Âme d'une Académie
 [09-01-2013]

REMETTRE À CÉSAR…
 [18-03-2010]

L'Académie présente...
 [24-02-2009]

CRÉATION OU COPIE
 [29-11-2006]

EST-CE NORMAL ?
 [11-03-2006]


Fils RSS    [VERSION PDF]      Par Caroline et Louis Bruens | le 2008-07-11

ART CONTEMPORAIN! ET QUOI ENCORE?

Alors que nous créons les différents salons de la galerie d’art de l’Académie, les incontournables interrogations de l'équipe fusent de toutes part sur le sujet de «l’art contemporain» lors de notre réunion. Et l'art contemporain ... c'est quoi ?

En 1982, Louis Bruens soulignait déjà, dans son ouvrage «Les dessus et les dessous du marché de l’art», le ridicule d’une supposée sculpture exposée, en 1981, à l’Hôtel de Ville de Québec (voir photo ci-près) (Sculpture intitulée : Après le petit déjeuner). C'était 65 ans après  «La fontaine» de Marcel Duchamp (1917). On était malheureusement déjà à mille lieux du «Penseur» de Rodin.

Nous nous sommes amusés à relire ce que Louis Bruens écrivait, il y a 26 ans, dans ce livre en revoyant cette merveilleuse «œuvre d’art contemporaine» de son  cru, intitulée «Errare Humanum est» (pour intellectuel averti seulement) ou «Rythme horizontal à tendance ésotérique et envolée spatiale». (Voir photo avec les lunettes) Pour expliquer sa démarche picturale, Louis Bruens recommandait aux lecteurs : Il faut passer sept fois les yeux sur la pièce que l’on examine avant de parler.

Cet exemple se voulait les prémices de la décadence de la définition de l’art et de nombreux artistes sont prisonniers aujourd'hui de définitions absurdes qui, en définitive, ne définissent rien, ni «l’art contemporain» et encore moins «l’art contemporain de pointe», termes utilisés abondamment par certains marchands du temple, c’est-à-dire des galeristes et des pseudo-experts. Les institutions gouvernementales et paragouvernementales se mettent aussi de la partie et accordent leur soutien et une large partie des budgets à tout ce qui relève du «contemporain», par le biais des musées et des galeries sans buts lucratifs, d’associations nébuleuses, etc.

Nous avons vainement tenté d’obtenir une définition précise de l’art contemporain auprès de l’Association des Galeries contemporaines de Montréal en février 2008. Cette association s'est donnée pour mandat : «... de sensibiliser le public à l’art contemporain ... et enfin de stimuler le marché de l’art contemporain. » Nous sommes actuellement le 11 juillet 2008 … et nous attendons toujours une réponse.

À nos yeux, rien ne s’oppose à l’utilisation du terme «art contemporain» lorsqu’il désigne des artistes de notre temps et de notre époque, c’est donc dire que TOUS les artistes actuels sont contemporains, à moins... à moins que le terme «contemporain» ne définisse un genre, une forme, une école ou un concept bien précis comme dans l’œuvre de Brian Jungen, artiste canadien dont l'oeuvre est significative. Nous ne lui reprochons que d'user du terme «art contemporain» dont l’étymologie continue à semer la confusion.

Plusieurs requins du marché de l’art se sont rabattus sur l’expression «art contemporain» pour jeter de la poudre aux yeux des collectionneurs et des investisseurs en prétendant que telle œuvre d’art contemporaine vaut son pesant d’or. Il s'agit là non pas d'une valeur attribuée aux qualités de l'oeuvre, mais plutôt par rapport au bagout du marchand, au titre intellectualisé ou de descriptions alambiquées, apprêtées et confuses à souhait, pour masquer l’absence de valeurs de l’objet. L’acheteur n’a rien compris lui, mais combien il est fier de payer cher ce bel objet-gadget qui trônera dans son salon à la vue de ses invités et, qui plus est,  il se glorifiera d’avoir dépensé une si grande somme pour posséder son truc ou son machin «d’art» - Snobisme oblige.

Revenons à nos moutons …contemporains; dans l’esprit de tant de gens, l'expression «art contemporain» est synonyme «d’art abstrait» et personne ne tente de corriger le tir. N’oublions pas que l’art abstrait a véritablement vu le jour en Russie, en 1910, et n’a aucun rapport avec la notion véhiculée d’art contemporain. Donc, ne confondez pas abstrait et contemporain. Il nous faut nous demander pourquoi les admirateurs de ces supposés genres d’art, eux qui se targuent de défendre l’avant-gardisme artistique, n’ont pas eu l’intelligence de  proposer une appellation réellement descriptive pour qualifier ces trucs et ces machins ... supposément artistiques ; ils ont préféré user d’un terme vieux comme le monde, car, entendons-nous bien, l’époque contemporaine (du latin contemporaneus) désigne... (fiat lux) l’actuel, le présent et  l’époque dont nous sommes et avons été témoin… de notre vivant (+ ou - 75 ans). Entendons-nous bien … les témoins morts n’ont pas droit au chapitre.  L’intelligence étant l’art de comprendre et de s’adapter, si une forme de pensée quelle soit écrite ou dessinée, bâtie ou modelée, ne peut se comprendre par la plupart des êtres humains, nous nous trouvons devant un non-sens évident. L’émotion ressentie devant une œuvre d’art est très subjective et ne confère pas nécessairement une valeur de chef-d’œuvre à n’importe quelle pièce.

Trois extraits, pris sur Internet, confortent notre opinion sur la question : elles résument l'essentiel des critiques formulées à l'égard de l'art dit contemporain  «création contemporaine» (FRANCE) : la vision pamphlétaire de Jean Monneret  qui y voit essentiellement un art d'État soutenu par des fonctionnaires irresponsables qui dilapident l'argent du contribuable et ensuite l'analyse de Philippe Lejeune qui lui, va jusqu'au bout de la dialectique des tenants de l'art dit contemporain en démontrant leur négation de l'idée de Beauté. Fred Forest est aussi passé à l'acte pour défendre ses convictions proches de celles de Jean Monneret en attaquant l'État devant les tribunaux administratifs de France.  « L'art contemporain ? Tous les artistes vivants font partie de l'art contemporain. Ce sont les artistes qui font l'art. Tous les artistes. Librement ! Or, l'État veut faire croire au public qu'il n'y a qu'un art digne d'intérêt, l'art dit « contemporain », c'est-à-dire l'art d'État. Comme si l'installation, la performance ou l'art inculte – pour peu que la légende qui l'accompagne relève de la logorrhée – soient, à eux seuls, la suite historique, linéaire, indiscutable de la tradition artistique. Il est vrai qu'en art dit « contemporain », moins il y a à voir, plus il y a à dire ! Dans une exposition d'art contemporain, une gaine d'aération, le matériel de secours ou le carrelage des sanitaires se confondent souvent avec les œuvres présentées. La question alors est, où est l'œuvre ? Tant l'harmonie est parfaite entre le contenant et le contenu. «L'art contemporain se dit conceptuel, c'est-à-dire que, partant d'un concept, on arrive à procurer une sensation. Les Beaux-Arts se donnent un tout autre but, ont un programme bien différent. Partant de l'éprouvé, ils le confrontent à la mémoire collective pour arriver précisément à une idée, c'est-à-dire à un élément que l'on peut comparer […]. »

La mission de l'Académie est de promouvoir la carrière des artistes-peintres et sculpteurs, membres,  à l'échelle internationale. Notre gala ACADEMIA XXI, tenu au Musée des beaux-arts de Montréal, a démontré clairement que ces artistes d'aujourd'hui persévèrent à dessiner, à chercher, à se perfectionner, à se dépasser, à repousser leurs limites, ils réalisent des oeuvres picturales figuratives, semi-figuratives, abstraites et singulières. Ils sont naturellement des «artistes contemporains» donc actuels et leur art l'est tout autant.

En conclusion, après avoir cogité longuement sur le sujet de l’art contemporain, nous suggérons aux grands penseurs du monde de l’art de refaire leurs devoirs, de ne plus appliquer les termes «art contemporain» sur tout et sur rien.

Commerce... commerce quand tu nous tiens!

S.V.P. Qu’est-ce qui différencie l’Art tout court ... de l’art contemporain ?

 


10 Réaction(s) Écrivez vos réactions à ce texte »

Johanne Molaison
2008-07-15 @ 11:21:44

Contemporain: Qui est du temps présent. Ça c'est ce que dit Le Petit Larousse. Je suis donc et nous sommes tous des artistes contemporains. Surtout si nous cherchons toujours à dépasser les limites de nos connaissances des Beaux-arts, en ce qui nous concernent. C'est ce que permet les Grands-Maîtres de tous les temps. Établir de nouvelles frontières à franchir, pour explorer d'autres façons de percevoir et d'exécuter, à partir du monde dans lequel nous vivons. Le Présent! Qu'on le veuille ou non, celui-ci influence obligatoirement notre perception. Nous sommes tous de notre temps! Donc, Contemporains! Comme tous ont été et seront toujours des contemporains dès l'instant ou ils imaginent et exécutent une oeuvre.

Yvon Chartrand, IAF
2008-07-16 @ 12:49:42

Dans l'Art on a souvent donné une trop grande part de vérité absolue à l'inconscient. L'art moderne, abstrait, contemporain, actuel ont déformés un côté formel de son humanisme en changeant ainsi l'aspect visuel d'une oeuvre.

Louise Hachey
2008-07-17 @ 13:50:34

Il y a des techniciens en arts visuels et des artistes en arts visuels. Le technicien reproduit de manière fidèle et performante ce qu'il voit. L'Art prend sa signification lorsque le tableau ou la sculpture est issu de la pensée créatrice de celle ou celui qui le fait. Tous les artistes actuels, dans une période donnée, sont artistes contemporains de leur époque. Ils insuflent à leur travail artistique la vision singulière de leur pensée et de leurs émotions dans une préoccupation personnelle.

Marcel Charest
2008-07-18 @ 10:56:23

Du langage pictural. Les grammairiens ne font pas la langue de communication, c'est l'usage qui fabrique celle-ci. Les grammairiens essaie de généraliser, ils officialisent en règles d'usage ce que la majorité utilise sur le terrain. Il est facile de comprendre la nécessité des règles de grammaire. Cette majorité évolue dans toutes les directions pour s'adapter et survivre.

Je pense que c'est exactement ce qui se passe pour ce qui est du langage pictural. C'est un moyen de communication qui évolue pour survivre. Par ailleurs, il existe de très belles langues mortes, racines des langues d'aujourd'hui. J'imagine qu'il existe de très beaux langages picturaux morts, racines des langages d'aujourd'hui. "Et ça tourne!"

Berton Marcel
2008-07-22 @ 06:36:42

Il m'est avis que l'appropriation quelque fois violente et exclusive du titre "Art Contemporain" par des créateurs certes contemporains mais qui ne sont en fait que des expressionistes malheureusement trop souvent inexpérimentés ,cache un trouble dù à leur incertitude sur la qualité de leurs oeuvres . Et comme tous les incertains ils cherchent à conforter leurs incertitudes par un texte creux ,composé de mots à raisonnances mercantiles. L'expression graphique est un langage qui pour être intelligible et communicatif doit respecter les règles élémentaires qui en composent l'ossature ;condition indispensable au respect de celui auquel l'artiste s'adresse. C'est d'ailleurs cette démarche que tous les grands Maîtres de l'Art Abstrait (qui ont tous été contemporains de leur époque) ont eu. Ce n'est pas les respecter que de vouloir les mimer dans une débauche ignorante. J'admire la sensibilté immense des artistes réalisant des oeuvres abstraites et suis dépité devant les similacres d'oeuvres dont le seul but à des fins mercantiles est la "provocation par l'absurde" sic

Olivier Wilhem
2008-07-22 @ 12:54:03

Je ne suis pas étonné de voir l'attitude face à l'art contemporain. J'oserais une seule définition: Contemporain qui est actuel, mais dans son essence. On est parfois sidéré de voir l'année de création de certaines oeuvres et leur avant gardisme. De même l'on est étonné de voir que certains artistes, aussi grande soit leur technique et leur professionalisme, créent les mêmes oeuvres que d'autres réalisées il y a une centaine d'années. Dans ce sens je ne crois pas que l'on puisse dire que chaque artiste vivant est un artiste... contemporain. Pour un designer de meubles, il n'y a aucun intérêt à créer un secrétaire "Boulle" en 2008. Tout le reste n'est que se rassurer avec des catégories, mais l'art ne se laisse pas si facilement cataloguer.

Bravo pour votre site extrêmement bien réalisé!

palacios dupont solange
2008-07-31 @ 06:16:37

je pense que l'on abuse de cette appellation "art contemporain" cela me fait penser à une grande soupière où l'on jette toute forme d'art. il serait plus sage de se référer à une période: art moderne jusqu'en 1945 et après art contemporain jusqu'en 2000 et trouver une autre appellation pour notre siècle , et faire des sous groupes (catégories )avec art figuratif poètique , art académique, art conceptuel,ou toutes appellations reconnues ou non. les "marchands" se servent de ce flou pour vendre des réalisations qui ne sont que des barbouillages, ce qui fait croire à beaucoup de sois-disant artistes qu'ils peuvent étaler de la couleur sur un support, et gagner de l'argent. désolant! merci de m'avoir permis de m'exprimer. un bonjour de France. www.palacios-dupont.com

Gili José & Eva Maria D'ostende
2008-08-29 @ 15:47:54

Art est une science axacte qui répond au don, à la connaissance et au talent de l'esprit et du coeur avec du savoir. Toutes sortes de pseudos et autres clochards de fouille-poubelles retourneront un jour à la déchetterie. www.atelierdartsdes4vents.com

Tata
2009-05-01 @ 19:45:36

J'ai fait un bacc en "Art contemporain", et a l'époque je croyais naïvement a ce que l'école disait, comme la plupart des étudiants qui ont du temps a perdre dans ce genre d'institution. Jusqu'au jour ou je suis devenue envahis de doutes. J'epprouvais de la révolte envers ce système rigide, qui impose seulement une seule façon de faire : l'art conceptuel. Mais on dirait que tout le monde étaient soumis et passifs. On avait le droit de créer des oeuvres insolentes et provocatrices sur n'importe quel sujet, mais pas de critiquer notre université. Au final ce sont les étudiants les plus conformistes et suiveurs de modes qui ont continues après l'université, car ils aiment se soumettre au système. C'est plus faciles pour un genre d'art que pour un autre d'obtenir des bourses et des résidences d'artistes a l'étranger. Plusieurs choisissent la voie de la facilité. L'Art vidéo pour soirées branchées a la mode est un moyen particulierement facile de réussir et de s'exporter a l'étranger. Envoyez un CD par la poste ou par serveur Ftp accompagne d'un texte fumeux et le tour est joue.

Je ne suis pas totalement contre l'art contemporain. Il y a des choses intéressantes. Cependant, je ne crois pas que ce soit la majorité.

Je crois que le milieux de l'art contemporain fonctionne comme une secte. Et que l'université n'est pas seulement un lieux de savoir, mais aussi d'endoctrinnement. Plus on avance dans ces études, plus le lavage de cerveau est sévère. Comme une secte, l'art contemporain nous isole du reste du monde, car c'est un univers parallèle que la majorité des gens ne comprennent pas. Cela fonctionne donc en milieux clos et ce n'est pas n'importe qui, qui peut y entrer et y faire sa place. Les artistes ont presque juste des amis artistes et des conjoints artistes parce personne d'autre ne les comprend et de toute façon ils ne veulent pas faire partie de la "masse". Entrer en arts c'est un mode de vie, ce n'est pas un travail comme un autre.

Tata
2009-05-01 @ 22:18:40

J'en profite pour vous parler du cas de David Altmejd. Cela fait des lustres qu'un artiste dit "contemporain", ne m'a succite autant d'enthousisasme. Pour ceux qui ne le connaissent pas, je vous invite a taper son nom dans Google.

En entrevue il a dit que son art n'est pas a la mode, car il est séduisant. L'art contemporain ne doit pas être séduisant, selon le dogme universitaire. Il dit que pourquoi le Cinema peut être séduisant et non pas les arts visuels? En plus il "fabrique" des sculptures énormes et très compliquees. Il fait des géants avec du poils, des bijoux, des miroirs, des animaux empaillés, etc... C'est en continuite avec la plus pure tradition de la sculpture, car de nos jours les "artistes contemporains" prennent rarement la peine de "fabriquer" quelque chose. Puis il tiens des discours completement pètes et ésotériques comme "la circulation des énergies". Il semble vivre dans son monde. Je crois que c'est une vraie bolle avec un QI très haut.

Je me suis dit "voilà un vrai anti-conformiste, un vrai excentique, car il ose ne pas être a la mode et tiens un discours qui aurait repousse la plupart de mes ex profs d'arts.

Et ils sont tous a ses pieds car Altmejd a un parcours impressionnant. Diplôme de l'Uqam, il fit ensuite sa maitrise a l'université Columbia, ce qui n'est pas rien. Il est représente par une galerie très importante de New York et Londre. Un vrai mécénat acheté ses oeuvres, ce qui n'a rien a voir avec l'art subventionné et des centres d'artistes Montrealais. Il a représente le Canada a la biennale de Venise (la plus prestigieuse au monde). Bref, les artistes conceptuels subventionnés et prétentieux de Montreal ne lui arrivent pas a la cheville.

 

Ajouter un commentaire

Nous lirons tous vos commentaires et nous apprécions que vous nous les envoyiez. Vous devez comprendre que nous nous réservons le droit de les publier seulement s'il suscite un intérêt pour les autres visiteurs de l'Académie.

Nom:
Courriel:
Commentaires:

Les créations artistiques présentées sur les sites de l'AIBAQ sont protégées par le droit d'auteur. Toute reproduction sans le consentement de l'auteur est illégale et peut faire l'objet de poursuites judiciaires.
 
Les auteurs conservent l'entière responsabilité de leurs textes et ne présentent pas nécessairement les opinions de l'Académie (AIBAQ.)

© Copyright A.I.B.A.Q. 2005-2019 - Tous droits réservés