art quebec artistes peintre sculpteur
Galerie d'art
Galerie d'art
artiste peintre quebec



Professionnel
    

Reg'Art en couleurs
 [18-08-2017]

Symposium de Sainte-Rose
 [23-06-2017]

Trés'Art tour
 [23-06-2017]

Symposium de Louiseville
 [22-06-2017]

Fugue en Art
 [26-05-2017]

Expo Galerie AAPARS
 [17-02-2017]

Comic Con de Québec
 [20-09-2016]

Reg'Art en couleurs
 [24-08-2016]

Symposium de Ste-Rose
 [23-06-2016]

Fugue en art 2016
 [25-05-2016]

Voeux de l'AIBAQ 2015
 [19-12-2015]

GUINDON PARMI LES GRANDS
 [21-09-2015]

Symposium de Waterloo
 [13-07-2015]

«Estiv'Arts» de Magog
 [13-07-2015]

Symposium de Ste-Rose
 [26-06-2015]

Symposium éveil en art
 [18-09-2014]

Symposium de Ste-Rose
 [25-06-2014]

Un petit mot de Caroline
 [28-05-2014]

5e édition Sculp'Art
 [29-04-2014]

Toronto Art expo
 [14-03-2014]

Trio au Boréart
 [17-10-2013]

Symposium d'aquarelle
 [26-09-2013]

Libr'Art 2013
 [12-08-2013]

Place aux artistes, Alma
 [09-07-2013]

Meet Our Colors
 [09-07-2013]

Symposium de Ste-Rose
 [13-06-2013]

Symposium de Baie-Comeau
 [23-05-2013]

Fugue en art
 [23-05-2013]

Toronto Art Expo
 [22-03-2013]

Internation'Art 2013
 [20-02-2013]

L'aquarelle à l'honneur
 [15-10-2012]

Le salon 2012 de la SCA
 [15-10-2012]

Les pastellistes 2012
 [14-10-2012]

«La pomme éternelle»
 [04-10-2012]

Ottawa Art Expo
 [24-09-2012]

Expo-concert de Mirabel
 [24-09-2012]

Gatineau en couleur
 [24-09-2012]

Automn'Art de La Tuque
 [21-08-2012]

Symposium de Ste-Rose
 [13-06-2012]

Fugue en art majeur
 [01-05-2012]

Ottawa ART Expo 2011
 [18-10-2011]

Art Hamptons
 [28-06-2011]

Village en art
 [16-06-2011]

Festibels de Beloeil
 [16-06-2011]

Un succès retentissant!
 [01-06-2011]

L'Éveil en art
 [07-09-2010]

L'art engagé
 [07-09-2010]

Impressions Urbaines
 [07-09-2010]

Villages en couleur
 [07-09-2010]

Rallye Cultur'Art
 [07-09-2010]

Symposium Bromont en art
 [12-08-2010]

Scènes Urbaines
 [12-08-2010]

8380 $ pour Haïti
 [17-02-2010]

Bravo à Linda Dubois
 [16-01-2010]

France Clermont
 [20-08-2009]

Serge Nadeau à Lambton
 [19-08-2009]

Collection vidéos d'art
 [06-03-2007]

Francofête 2007
 [27-02-2007]

Umberto Bruni
 [10-11-2006]


Fils RSS    [VERSION PDF] | le 2007-11-12 @ 10:36:30

Publié par:
Caroline Bruens

Compte rendu ACADEMIA XXI - 2007

VOIR LE PROGRAMME DE LA SOIRÉE ACADEMIA XXI

La soirée a commencé par la projection d’un court métrage, réalisé par le maître-académicien Jean Letarte suivi du discours d’ouverture, par le président de l’Académie, M. Louis Bruens.

 

Salutations aux dignitaires.

 

Nous avons avec nous M. Jacques Rivard, attaché politique de Madame Chrystine St-Pierre, Ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine.

 

Cette année encore, Monsieur Claude Cousineau, député du comté de Bertrand, là ou siège l’Académie, représentant le parti québécois, apporte toujours à l’Académie un appui très apprécié.

 

Messieurs les députés, je vous remercie sincèrement pour l’attention que vous apportez aux objectifs poursuivis par notre Académie.

 

Les présentations étant faites, je me dois de dire quelques mots au sujet de l’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec. Cette institution s’est donnée pour mission de promouvoir les arts visuels et de faire connaître nos artistes au grand public à l’échelle nationale et internationale.

 

Les arts visuels sont la forme de communication humaine la plus ancienne. Il suffit de voir les grottes de Lascaux, d’Altamira, les peintures et les gravures rupestres dans plusieurs déserts du monde, pour constater le besoin de l’homme de laisser la trace de son passage dans l’histoire, et cela remonte de trente à soixante mille ans. Au cours des milliers d’années qui nous ont précédé, des artistes nous ont appris par l’image, leur histoire, leur mode vie, leurs amours, leurs guerres, leurs croyances, leurs beautés… et aussi leurs crimes.

 

Naturellement, on me répondra que de nos jours nous avons la photographie, le cinéma et la télévision, mais pour ma part, rien ne peut remplacer une création artistique visuelle et manuelle qui émane de l’esprit humain. Au Québec, nous avons beaucoup d’excellents artistes, mais il y un « hic » quelque part, en ce qui concerne particulièrement la sensibilisation du grand public et la formation des enfants dans les écoles sur le sujet.

 

À la demande de plusieurs artistes et collectionneurs, nous avons décidé, mon épouse et moi, pour donner suite à notre engagement d’il y a longtemps, de créer l’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec, dont la mission est justement de faire connaître les artistes membres de l’Académie au monde entier et de sensibiliser le grand public aux arts visuels. À l’instar de tous les galas qui existent pour bon nombre d’artistes de la scène, du cinéma et de la chanson, nous ne voyons pas pourquoi les peintres et les sculpteurs ne seraient pas, eux aussi, mis publiquement à l’honneur.

 

Il m’a été demandé à quelques reprises ce qu’un artiste pouvait bien rapporter à la société? Et de fait, on n’accorde pas toujours aux artistes en arts visuels la considération qui leur est due.

 

Dans la réalité, que doit-on vraiment aux artistes ? Devant un tableau ou une sculpture, on ne pense jamais à tous les gens qui gagnent beaucoup d’argent ou tout simplement leur vie GRÂCE AUX ARTISTES. Je parle ici des fabricants de peinture, d’aquarelle, de pastels, de pinceaux, de brosses, de spatules et de couteaux, de toiles, de cartons, de papiers, de faux cadres, de chevalets et d’encadrements. On ne peut oublier les hôtels, motels, auberges et restaurants, pour les artistes en déplacement à l’année longue. Ensuite il y a les revendeurs, toute la chaine de vente au détail de matériel d’artistes. Ajoutons maintenant les maisons d’édition, les imprimeries, les librairies, les photographes, les organisateurs de symposiums et naturellement les musées, les galeries d’art, les salles de vente aux enchères, les courtiers, les agents d’artistes et je ne peux décemment oublier les écrivains et experts en art… les gens comme moi.

 

En d’autres mots, si les artistes en arts visuels n’existaient plus, des milliers de personnes ne travailleraient pas. Avant de terminer ce discours, j’ai petit un message non commercial à livrer. J’en profite car nous avons d’excellents messagers dans la salle : Voilà la question ? Nos gouvernements sont-ils vraiment conscients de l’apport économique des artistes en arts visuels?  

Une présentation humoristique de Caroline Bruens par Louis et Luc Lefebvre, maître de cérémonie qui finissait sa phrase par … cette personne n’est pas n’importe laquelle ?
 

Pas n’importe laquelle ? Alors, je la connais ! Est-ce qu’il ne s’agit pas d’un phénomène de la nature alors? D’un quotient intellectuel bien au de la de la moyenne mondiale. Je crois avoir trouvé. Cette charmante personne est mariée à 70 % avec son ordinateur, 25 % avec un téléphone et 5 % avec un homme. J’ai appris qu’elle est une passionnée des arts depuis de longues années et il faut avouer que sans elle, nous ne serions pas ici ce soir.

Un exemple, elle est tellement intelligente qu’elle a choisi de marier un homme beau, grand, gentil, timide, encore relativement jeune, très intelligent et … particulièrement modeste. Mesdames et Messieurs, il n’y en a qu’une comme elle, toujours dévouée et à l’écoute des membres de l’Académie, elle commence sa journée à huit heures du matin pour la terminer vers 22 heures, heure à laquelle elle répond encore au téléphone pour ne décevoir personne. Je vous le répète, c’est un vrai phénomène et je commence à bien la connaître. Elle mérite largement une belle ovation. Je vous vous présente la cofondatrice et l’âme de l’Académie, mon épouse : Caroline

 
 

C’est avec grand plaisir… et une réelle émotion, que je vous vois tous réunis pour l’ACADEMIA XXI – 2007.

 

C’est un honneur, mais surtout un privilège… de pouvoir enfin vous communiquer mon enthousiasme en direct…. Je vous remercie d’avoir répondu à notre invitation.

 

Certains écrivains, rédacteurs… et plusieurs historiens en art … prétendent que l’histoire de l’art est terminée… que les œuvres d’art de nos artistes font partie de l’ère du vide... ou de l’ère du non-être.

 

Vous êtes la preuve vivante que, … quoiqu’en disent ces prétendus connaisseurs, … ils sont tous dans l’erreur! …Je vous prends pour témoins … que la qualité des œuvres d’art présentées par l’Académie sur son site officiel … ou comme vous le verrez ce soir … prouvent au contraire que l’art visuel est loin d’être malade au Québec … et dans le monde !

 

La valeur de la communauté artistique que j’ai devant moi … me donne, encore une fois, la meilleure des preuves. Je vous souhaite à tous de passer une belle … et surtout une émouvante soirée.

 
Merci
 


Bienvenue de Luc Lefebvre, M.C. à ACADEMIA XXI – 2007
 

Bonsoir Mesdames et Messieurs,

 

Un gala exceptionnel au cours duquel d’excellents peintres et sculpteurs seront mis à l’honneur. Des œuvres réalisées par des artistes membres de l’Académie seront projetées sur l’écran pour le plus grand plaisir de nos sens visuels.

 

Profitez bien de votre soirée, nous renouons avec la tradition bien connue que la meilleure des soirées doit toujours commencer par… de la musique.

 

Voici un clin d’œil à tous les artistes. Interprété par Linda Dubois, accompagnée par Brigitte Leclerc.

 

Elles nous proposent … l’hymne de l’Académie : ET BONJOUR À TOI L’ARTISTE ! Sur des paroles de Pierre Delanoë et une musique de Jeff Barnel.

 

Mesdames et Messieurs… Linda Dubois et Brigitte Leclerc.

Ces artistes ont été vivement appréciées des spectateurs qui n’ont taris d’éloges à leur sujet dans les entrevues suivant le gala.

«… dynamique, sympathique, diplomates… tout en laissant la place aux artistes en arts visuels présentés»

«… Excellente performance, sobre, professionnelle… laissant la vedette aux images»

«… Très beau… voire même touchant»«Le rythme était parfait», selon quelques exemples de témoignages recueillis après le gala. 

 

Le doyen de la peinture au Québec, le grand maître Monsieur Umberto Bruni a été invité à dire quelques mots.  

Laïus de Umberto Bruni, grand-maître-académicien
 

Bonsoir Mesdames et Messieurs,

 

C’est pour moi un réel plaisir d’être ici ce soir. Je désire vous féliciter et vous remercier de votre présence au gala de l’Académie. Vous avez pu constater que ni la télévision, ni les journaux ne parlent des arts visuels. Au Québec, nous n’avons pas d’émissions sur ce sujet tandis que dans les provinces de l’Ouest ou les Maritimes on peut assister à ce genre d’émissions tous les mois. Ici, les artistes-peintres ne sont jamais présentés et mis à l’honneur.

 

Heureusement, nous avons quelques spécialistes, je dois dire des experts, passionnés de l’art, qui travaillent dans un seul but : nous faire connaître au grand public

 

L’Académie Internationale des Beaux-arts du Québec est le meilleur exemple d’action promotionnelle des arts visuels. À 93 ans, je commence à savoir tout doucement ce qui est bon et ce qui ne l’est pas pour les artistes. Je connais les fondateurs de l’Académie depuis de longues années et nous devons reconnaître leur valeur. Caroline et Louis Bruens méritent aussi des honneurs pour leur dévouement constant à la cause des arts visuels. 

 

Merci Caroline et merci Louis.

Un rappel touchant de l’hommage 2006 : Un extrait de LA CHANSON DE MARIO PELCHAT, Le semeur
 

Nous savons d’expérience que tous les événements ou manifestations d’envergure ne peuvent s’organiser sans le concours de spécialistes. En ce qui concerne le choix des jurys des différents prix et mentions, des artistes chevronnés ont été mis à contribution pour leurs professionnalisme, leur objectivité et leur expérience et nous les remercions tous.

 

Les académiciens-conseil apportent leur aide et leur concours, à la réalisation de plusieurs projets culturels et servent la mission de la promotion des arts visuels dans le monde. Vous pourrez admirer la qualité picturale des oeuvres de nos académiciens-conseils tout au long de la soirée.

 

Ce titre d'académicien-conseil est accordé à des artistes professionnels pour l'excellence de leur travail, pour leur rayonnement dans le monde de l'art et pour leur implication particulière au sein de l'Académie.

 

Madame Cezyl Testeau, Messieurs Charles Carson – Jean-Marie Laberge – Michel Lapensée ­– Jean Letarte et Roland Palmaerts.

 

Présentation des trois académiciens-conseil 2007.

 

Pour un déroulement efficace de la soirée, les artistes ou les présentateurs de prix ou bouses qui seront nommés, par la suite, sont priés de monter sur la scène dès qu’ils entendent prononcer leur nom et ce, tout au cours de la soirée. Je prie l’assistance de réserver les applaudissements à la fin de la présentation de chaque groupe.

 

Cette année l’équipe d’académiciens-conseil s’enrichit de nouveaux membres de qualité. Nous demandons à Caroline Bruens et Louis Bruens de bien vouloir leur remettre leur grande distinction.

 
Présentation de Diane Forest, par Louis Bruens

Parler de Diane Forest, c’est parler d’une artiste qui se dévoue déjà sans restriction aux actions de l’Académie. Cette spécialiste de la chimie de la couleur enrichit tous les mois le site de l’Académie par ses chroniques sur la peinture, elle en parle avec passion. Diane se démarque pour l’excellence et l’originalité de ses créations aquarellées et pour son implication dans le monde des arts, en autres, à titre de Vice-présidente de la Société canadienne d’aquarelle depuis 5 ans. Ses réalisations surprennent par leur qualité artistique et leur originalité. Elle réussit à protéger ses œuvres qui peuvent se passer de vitres ou d’éléments transparents tout en conservant la richesse de ses couleurs, sans en altérer la sonorité. Généreuse de nature, elle partage son expérience avec ses élèves, Diane Forest mérite largement le titre d’académicienne-conseil.

 
Présentation du sculpteur Réjean Gilbert, par Louis Bruens

L’artiste dont je vous parle est sculpteur et ébéniste. On confond trop souvent l’ébénisterie et la menuiserie. Un ébéniste est un artiste qui peut restaurer des meubles anciens ou en créer de nouveaux, ces pièces sont toujours des créations originales. Notre artiste est aussi un sculpteur de grand talent. À l’âge de 57 ans, il a acquis une vaste expérience qui fait de lui un excellent conseiller en matière de sculpture. Le talent de sculpteurs tels Réjean Gilbert nous permet de présenter au monde des œuvres de grande qualité. Il a lui aussi décidé de s’impliquer à l’Académie, de nous faire profiter de ses connaissances et de partager son temps. Nous sommes fiers de voir l’équipe des sculpteurs s’enrichir d’artistes de cette qualité. J’invite donc Monsieur Réjean Gilbert à recevoir le titre d’Académicien-conseil de l’AIBAQ.

Présentation de Humberto Pinochet par Louis Bruens

J’ai maintenant le plaisir de vous présenter un artiste des plus prolifiques. Il peint la vie sous toutes les latitudes, du nord au sud. Dans le froid et dans le chaud. Ce peintre est un grand voyageur. Il a vu les Amériques et l’Europe, mais il s’est fixé au Québec depuis de bien longues années. C’est un artiste de bon conseil. Ses œuvres reflètent la qualité de sa vision et de son observation des choses et des hommes. Sa créativité n’a pas de limite, que ce soit des scènes de genre, des portraits ou des paysages, la qualité de son excellente écriture picturale est toujours égale. En 2006, il a été nommé académicien par ses pairs. Cette année, nous l’accueillons avec plaisir en qualité d’académicien-conseil. Nul doute que cet artiste peintre de haut calibre sera encore et toujours d’un appui très précieux au sein de l’Académie.

 

Mesdames et Messieurs, je vous présente, Monsieur Humberto Pinochet.

 
 

Je me dois de rappeler que les Académiciens-conseil et des artistes professionnels, hors concours, ont fait partie de différents jurys.

 

Les participants ont donc été jugés par leurs pairs, pour la qualité de leurs œuvres, en se basant sur les tables de critères qui comporte 5 thèmes principaux pour le figuratif et le semi-figuratif :

 

LE GRAPHISME

LA COMPOSITION

LA COULEUR
L’IMAGINATION

ET L’EXÉCUTION GÉNÉRALE

 

et une table différente pour l’art non-figuratif.

 

L’Académie représente 3 catégories d’artistes :

LES ARTISTES PROFESSIONNELS;

LES ARTISTES PROFESSIONNELS DE LA RELÈVE,

ET ENSUITE NOUS AVONS, LES ARTISTES EN DEVENIR.

C’est pour cette dernière catégorie que nous allons maintenant procéder.

 


 
 

Madame Cezyl Testeau, académicienne-conseil et M. Yves Darche, vice-président de Pébéo Canada, matériel d’artistes ainsi que les artistes nommés à titre de gagnants ont été priés de monter sur la scène.

 

Le «PRIX PLATON» est une mention d'honneur accordée par l'Académie à quatre artistes en devenir dont l'évolution est remarquable et qui ont eu la faveur d’un jury, pour une œuvre d’art de qualité, par rapport à leur expérience. L’artiste en devenir est au début de sa carrière. Les tableaux que vous allez voir à l’écran sont les œuvres des candidats au Prix Platon.

 

Pour le Prix Platon les nominés furent :

 

Monique Vanier – Jeanne Bournival – Linda Morin – Sylvain Poirier

Marie Garneau – France Auger

 

C’est en 1934 à Marseille que Pébéo fabriqua ses premières couleurs à l’huile. Elles séduirent un grand nombre d’artistes et encore maintenant. Fort par la présence de ces couleurs mono pigment, Pébéo offre présentement une gamme complète d’huile, d’acrylique, et d’aquarelle ainsi que plusieurs produits de loisirs créatifs de très haute qualité.

Madame Testeau et Monsieur Darche ont ensuite démarré le bal… ils ont ouvert l’enveloppe et révélés les gagnants :
 

CEZYL TESTEAU : Dans la catégorie « ARTISTES EN DEVENIR » le jury a sélectionné 4 œuvres qui méritent le Prix PLATON. Les auteurs de ces œuvres ont été choisis pour leur constance et leur évolution artistique.

Les gagnants sont :

 

YVES DARCHE :                               En 4e place …. Marie Garneau

 

CEZYL TESTEAU :                           En 3e place ….. Linda Morin

 

YVES DARCHE :                               En 2e place : Jeanne Bournival

 

CEZYL TESTEAU :                           Et la première place revient à … Sylvain Poirier

 

«Les lauréats du Prix Platon représentés dans la catégorie artiste en devenir seront accueillis au sein de la catégorie des artistes de la relève.»

 

M. Yves Darche a remis quatre coffrets PEBEO aux gagnants. Des coffrets de matériel d’artistes d’une valeur totale de 800 $ accompagné d’un parchemin honorifique remis par l’Académie.

Puis ce fut au tour de Monsieur Michel Lapensée, académicien-conseil de révéler les noms des lauréats du Prix Akademos.

Le «Prix Akademos» est une distinction accordée à des artistes professionnels de la relève. Ils seront les premiers ce soir, à recevoir un «Academia en 1er, 2e et 3e prix». Leurs œuvres ayant été présentées et reconnues par un jury comme des oeuvres de qualité.

 

Les 6 artistes nominés  : Sophie Moisan – Ginette Marquis – Chantal Léveillé – Daniel P. Simard – Julie Lesage – Sonya Michel

 

MICHEL LAPENSÉE : Dans la catégorie « Artiste de la relève » pour le prix AKADEMOS, le jury a sélectionné des œuvres qui méritent une  1ere, une 2e  et une 3e places. Ces œuvres ont été choisies pour leur qualité picturale.

 

MICHEL LAPENSÉE : Pour le 3e  Prix, la gagnante est  …Chantal Léveillé

Pour le 2e  Prix,  la gagnante est… Ginette Marquis

Et pour le 1er Prix, la gagnante est … Sophie Moisan

Remise de la BOURSE BERICK

Madame France Gravel de la galerie Berick, de Bromont, a été invitée à remettre sa bourse de 500$ à une artiste de la relève : Sophie Moisan.

 

M. Jean Letarte, maître-académicien, à bien vouloir remettre le prix Sculptura.

Le «PRIX SCULPTURA» est une distinction accompagnée d’un diplôme honorifique, accordés par ses pairs à un artiste professionnel pour une sculpture reconnue par un jury.

 

JEAN LETARTE : Le 3è PRIX SCULPTURA va à  : Michel Giroux, artiste de la catégorie professionnelle, peintre et sculpteur.

 

Le 2è PRIX SCULPTURA va à …Daniel P. Simard, artiste de la catégorie professionnelle, lui aussi peintre et sculpteur.

 

Et le Premier PRIX SCULPTURA est remporté par :

Jean-Marie Laberge, artiste de la catégorie professionnelle, académicien-conseil, il est lui aussi peintre et sculpteur. Il nous présente toujours de magnifiques créations qui ont séduit les membres d’un jury.

 

Le «PRIX ATHENA» a été créé pour reconnaître le talent de plusieurs artistes professionnels. Des «ACADEMIA» 3e place, 2e et 1ère  places seront remis à des artistes pour leurs œuvres figuratives, semi-figuratives ou non-figuratives.

 

Les nominés : Carole Bonneau – Manon Fournier – Pierre Labrecque

Agnes Jorgensen – Manon Desjardins – Sandra Grégoire – Nicole Proulx

 

JEAN-MARIE LABERGE : Dans la catégorie «professionnel», le lauréat au Prix Athena en 3e place est … Pierre Labrecque

 

Toujours dans la catégorie professionnelle :

la lauréate du 2e Prix Athena est …  Manon Fournier

 

Et enfin, la 1ere place «professionnel»

le Prix Athena revient à … Carole Bonneau

 
Remise de la bourse DES GALERIES LAMOUREUX-RITZENHOFF

Une bourse de 500 $ a été remise à l’artiste professionnelle Carole Bonneau par Madame Marie-France Lamoureux, elle-même. La bouse des galeries Lamoureux-Ritzenhoff, de Montréal,

Puis ce fut la présentation de la thématique QUE SERA DEMAIN ?

MC. : Devant l’avenir problématique de la terre Monsieur Louis Bruens a proposé aux artistes de créer sur toile, leur vision du futur sous le thème : QUE SERA DEMAIN ?

L’avenir de la vie sur terre est déjà en péril. Je dis sur terre, car on ne sait pas si dans trente ou cinquante ans l’homme ne pourra filer dans l’espace à la recherche d’une petite planète encore vierge et à la bonne distance de son soleil…à quelques milliers d’années lumière de chez nous. Ce n’est pas pour demain que nous connaîtrons «Star Trek» ou «La porte des étoiles».

Le réchauffement de la planète est un des graves problèmes auquel nous sommes confrontés et ce n’est pas le seul: la pollution de l’air, de l’eau, de la terre, la diminution graduelle de l’ozone atmosphérique, les pluies acides, etc.

L’homme connaîtra la disparition de l’arctique et de l’antarctique, et leurs effets sur bon nombre de vies animales. Les transformations géographiques obligeront de nombreuses espèces humaines et animales à migrer vers des terres plus accueillantes… pour un temps.

 Les saisons seront-elles plus courtes, plus longues, plus chaudes? Certainement; plus froides, nul ne le sait encore, mais c’est très possible!

Et plus grave peut-être, la mutation de l’humain vers une race nouvelle, adaptée aux conditions climatiques inconnues auparavant, mais qui dit mutation dit aussi durée. Combien de siècles ou de millénaires seront nécessaires pour atteindre un équilibre de vie acceptable, mais, durant une mutation éventuelle, comment la vie se poursuivra-t-elle? Si elle se poursuit!

Que deviendra notre descendance ? Il y a-t-il une limite à la destruction de notre petite planète bleue. Et restera-t-elle bleue ?

 Malgré les études, les découvertes, les avertissements, les appels et les prévisions de centaines de scientifiques de tous les pays, trop de gouvernements ne semblent pas prendre les prendre au sérieux et, dans plusieurs cas, nous voyons des présidents ou des premiers ministres,  ne pas vouloir agir pour enrayer les empoisonnements de l’air, de la terre et de l’eau et avouent qu’ils ne veulent agir au détriment de l’économie, par exemple, le président Bush qui commence péniblement à reconnaître le problème, mais qui ne propose rien de positif et le premier ministre du Canada, qui lui, clame vouloir agir, mais jamais au détriment, c'est-à-dire au préjudice de l’économie. On peut immédiatement supposer que monsieur Harper songeait aux sables bitumineux de l’Alberta, grande source d’intérêt des Américains, avides de pétrole.

Comme source de pollution, il n’y a rien de mieux que l’extraction du pétrole de l’Alberta.

On se doit de se poser la question: à quoi serviront l’économie et les grands profits, lorsque nous serons intoxiqués par l’air que nous devons respirer pour survivre? Ces gros profits seront-ils versés aux actionnaires ou utilisés pour sauver l’humanité?

Seule une levée de boucliers à l’échelle mondiale exercera une influence valable sur tous les politiciens (tous ces gens qui nous veulent du bien) pour les pousser à payer les scientifiques et les organisations environnementales dans le but précis de sauver notre si fragile et si microscopique planète de ce merveilleux univers… encore incompris par quatre-vingt-dix-neuf pour cent des humains.

 Je pourrais écrire des centaines de pages sur le sujet, mais là n’est pas mon but, car j’ai lancé une proposition aux membres de l’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec.

 Je désire attirer votre attention sur la vision de l’avenir vue par nos artistes. C’est là quelque chose qui pourrait marquer l’existence des citoyens du monde. En s’inspirant de ce que j’ai développé plus haut et de ce que chacun peut découvrir sur le sujet traité, j’ai proposé à nos artistes de réaliser un tableau qui pourrait s’inspirer de cette phrase : Comment je vois la vie dans trente ou cinquante. Que ce soit une carte géographique, une ville, une campagne, un bois, une scène de genre, un portait humain ou tout ce qui peut naître de leur imagination sur le sujet d’un avenir problématique pour la terre. Il s’agit vraiment de susciter l’intérêt à l’échelle mondiale afin d’éveiller les consciences et d’apporter un appui aux intervenants dévoués à la survie de la vie.

 S'il vous plaît, envoyez-nous vos commentaires au sujet de votre conscientisation et comment voyez-vous, vous-même le futur de vos enfants, petits-enfants, enfin de votre descendance. Les tableaux seront exposés dans le salon virtuel réservé à cet effet dans la galerie d'art de l'Académie, sous le titre : QUE SERA DEMAIN ?

 

Un accent particulier sur ce sujet sera privilégié lors du prochain Gala Academia XXI.

 
Merci
 

Louis Bruens

Président exécutif

 

 Le film : Arythmie de la Terre, d’André Bouchard a été présenté et le Prix Environnement lui a été décerné pour son implication dans la protection de la nature.

 

«C’est à travers une session de peinture en direct, un récit poétique, une musique soutenue, une courte expédition en forêt et en avion qu’Arythmie de la Terre a été tourné. L’artiste traite avec poésie du fragile équilibre entre la Nature et l’Humain. »

Caroline Bruens : André Bouchard est aux rivières ce que Richard Desjardins est aux forêts.

 

Caroline Bruens : Voilà, en reconnaissance de votre implication dans les causes environnementales ainsi que pour la réalisation de ce court métrage de sensibilisation du public à une cause qui se doit de toucher tous les êtres humains de la planète que l’Académie vous décerne le Prix Environnement

Suite au Laïus d’André Bouchard, Linda Dubois et Brigitte Leclerc ont interprété : «La terre meurt» de Charles Aznavour

Puis l’attention s’est portée sur la présentation de 6 tableaux de Sonya Michel avec lesquels elle a remporté le «Prix Humanité»

De nombreux membres se sont appliqués à créer leur vision du futur et nous les félicitons pour leurs réponses positives. L’Académie a désiré souligner aussi  l’initiative de l’un de ses membres.

Cette artiste a été particulièrement sensibilisée par la lecture du texte «QUE SERA DEMAIN» et a créé, avec beaucoup d’originalité une série de tableaux représentant plusieurs problèmes sociaux auxquels notre société est confrontée en ce début de XXIe siècle.

 

Caroline Bruens : C’est pour toutes les raisons précitées que L’ACADÉMIE REMET LE PRIX HUMANITÉ QUE SERA DEMAIN ? à SONYA MICHEL

La présentation des 46 tableaux des participants, les nominés et les gagnants du «PRIX DU JURY» de la thématique Que sera demain ? furent présentés au public.
 

Les nominés pour le PRIX DU JURY  : Jean-Marie Laberge – Diane Forest – Sophie Moisan – Charles Carson – Agnes Jorgensen – Danyele Bélanger – Francine Gravel – Manon Fournier – Jean-Yves Guindon – Chantal Léveillé – Sonya Michel – André Bouchard

Et les gagnants …

Le 3e prix a été décerné à : Sophie Moisan

le 2e prix à  : Diane Forest

et le 1er prix à  : Danyele Bélanger qui reçut en hommage la chanson L’HYMNE À LA BEAUTÉ DU MONDE dans un grand moment de recueillement et d’émotions des spectateurs.

 
 

L’Académie a décidé, cette année, de souligner l’importance des retombées médiatiques pour les artistes.

 

«Combien de fois un artiste en arts visuels doit-il présenter ses tableaux pour obtenir ne serait-ce qu’une partie des retombées considérées normales pour un chanteur ou pour un acteur ? » Louis Bruens

 
Après une brève présentation, Madame Anne Richer, journaliste au quotidien «La Presse» depuis 1968, directrice des pages féminines, chargée du dossier de la condition féminine durant de nombreuses années, nommée «Femme de l'année en 1970» et rédactrice depuis 1991, de la chronique : «Anne Richer rencontre». Écrivaine, (elle a dressé le portrait de plus d'une centaine d'hommes et de femmes, bâtisseurs et rassembleurs, leaders et héros de notre temps, ces dernières années.) à remettre les PRIX AMBASSADEUR à l’échelle régionale, provinciale, nationale et internationale aux quatre gagnants.

L’artiste a été nommé ambassadeur de l’Outaouais par la Société nationale des Québécois et des Québécoises de l’Outaouais.

Son exposition-champêtre annuelle attire toujours plus de 3 000 personnes en 9 jours dans la Petite-Nation.

Un hommage de la chambre des communes lui fut rendu à titre de Lauréat Academia XXI – 2006.

Grand lauréat d’un prix émérite lors du Festiv’Art, dans l’Outaouais;

 

M. Jean-Yves Guindon se mérite donc le PRIX AMBASSADEUR RÉGIONAL

 

Le prix ambassadeur provincial

L’artiste a remporté le premier prix du Symposium de Longueuil.

A représenté l’Académie au Carnaval de Québec; à la Farandole de Ste-Marguerite; au Symposium de Beauport; et à l’Art en Fête de Longueuil.

Elle s’est d’ailleurs méritée une bourse à l’Art en Fête de Longueuil

L’artiste a donné des ateliers-conférences à des groupes de plus de 150 personnes à titre d’experte sur le sujet de la couleur.

a participé aux ateliers du Musée des Beaux-Arts de Montréal

L’artiste s’implique aussi en qualité de vice-présidente au sein du conseil d’administration de la Société Canadienne de l'Aquarelle, depuis 5 ans.

Elle est l’auteure de la chronique «L’aquarelle : La peinture de la lumière» chroniques que vous pouvez lire mensuellement sur le site officiel de l’Académie.

Elle a aussi été nommée «Ambassadrice et Artiste de l’Année au gala ACADEMIA 2006». 

 

L’Académie décerne le PRIX AMBASSADEUR PROVINCIAL à … Diane Forest.

M.C. : Le prix ambassadeur national

Émoulue de l’École des Beaux-Arts de Montréal. Ensuite ce sont les universités de l’ouest canadien qui l’accueillent.

Elle parachève sa formation à l’université de Anvers, en Belgique.

Ses œuvres se retrouvent aujourd’hui en Afrique, en Australie, en Belgique, au Canada, en Angleterre, en France, en Allemagne, en Hollande, au Japon, en Espagne et aux États-Unis.

Elle attire l’attention des médias par ses entrevues données sur le réseau CBC;

Elle est représentée dans plusieurs galeries d’art d’un océan à l’autre.

 

C’est pour toutes ces raisons que Francine Gravel se mérite le Prix Ambassadeur National.

 

Francine habite en Colombie Britannique et elle est parmi nous ce soir, entourée des membres de sa famille et de ses invités que nous saluons. J’invite Francine Gravel à monter sur la scène.

est remis à l’artiste dont :

On retrouve une murale monumentale à l’aéroport de Carthagène, en Colombie, murale acquise par la Société Aéroportuaire ;

Dans la même ville, un bronze à son effigie, de 700kg, grandeur nature, est érigé dans un parc à Boca Grande en el laguito ;

l’artiste est médaillé d’or en Colombie, en France, en Italie, et au Canada, il obtient de plus en Italie, par l’Accademia Internazionale «GRECI-MARINO», le titre supérieur de Maître académicien du VERBANO;

Lauréat 'Oscar della Cultura' à Florence;

Il arrive tout juste du Salon international d'Art Contemporain 2007 de Paris, tenue à la Place Concorde;

Il présentera une exposition solo au Musée d’art départemental de la ville de Sées en Normandie, en France;

Il est aussi, cette année, invité d’honneur pour le lancement de la nouvelle Galerie d’art du Château Montferrand en France;

 

et ANNE RICHER a décerné le Prix AMBASSADEUR INTERNATIONAL À CHARLES CARSON en mentionnant qu’elle était à l’œuvre actuellement à la rédaction de la biographie de cet artiste.

 


 

À la clôture du vote du public, fin septembre, nous avons enregistré, plus de 11 millions de requêtes sur le serveur de l’Académie.

 

Madame Denise Gaudet, de Subaru Sainte-Agathe a été priée de monter sur scène pour remettre les prix des gagnants du vote du public: LE PRIX DEMOS

 

Le public a été invité à participer à ce concours tous les mois sur l’Internet. Chaque mois les œuvres présentées sont différentes. Le concours s’est terminé le 30 septembre et, dans chacune des catégories, des gagnants ont été sélectionnés et présentés par rapport aux points cumulés, sur le site officiel de l’Académie.

 

Il y a deux volets au Prix Demos. Les candidats du prix DEMOS POUR L’ANNÉE 2007, ayant participé régulièrement, durant douze mois, à ce concours et les tableaux des gagnants mensuels représentés dans la grande finale.

 

Les artistes qui se sont mérités les meilleures positions ont été révélés.

 

Dans la catégorie artiste en devenir la gagnante : …LINDA MORIN

 

Dans la catégorie professionnelle de la relève …La gagnante : …JULIE LESAGE

 

Dans la catégorie professionnelle en sculpture…Le gagnant  : …RÉJEAN GILBERT

 

La gagnante dans la catégorie «professionnel» en peinture … …MICHELINE CAILLÉ

 

Puis vint le tour de la GRANDE FINALE DU PRIX DEMOS 2007. Au début octobre, les résultats annuels ont été compilés, et tous les tableaux primés à chaque mois ont été soumis au vote du public.

 

Dans la GRANDE FINALE 2007 les nominés  :  

Pour la catégorie «Artiste professionnel en peinture» : Marie-Linda Bluto

Carole Bonneau – Micheline Caillé – Linda Croisetière – Diane Forest – Yvette Froment – Aline Labrie – Roland Palmaerts – Humberto Pinochet et Pierre Young

Le gagnant du 3è Prix … HUMBERTO PINOCHET

 

La gagnante du 2è Prix  … CAROLE BONNEAU

 

Et la gagnante du 1er Prix … DIANE FOREST

 

En nomination dans la catégorie «Artiste professionnel en sculpture» : Réjean Gilbert – Michel Giroux – Hermine Jean-Marie Laberge – Daniel P. Simard

 

Le gagnant du 3è Prix … DANIEL P. SIMARD

 

Le gagnant du 2è Prix … JEAN-MARIE LABERGE

 

Et le gagnant du 1er Prix  … RÉJEAN GILBERT

 

En nomination dans la catégorie «Artiste professionnel de la relève» : André Chatelain – Julie Lesage Chantal Léveillé – Sonya Michel – Sophie Moisan

 

La gagnante du 3è Prix  … SONYA MICHEL

 

La gagnante du 2è Prix … JULIE LESAGE

 

Et la gagnante du 1er Prix  … CHANTAL LÉVEILLÉ

 

En nomination pour le vote du public dans la catégorie «Artiste en devenir» : Jeanne Bournival – Linda Morin – Sylvain Poirier Monique Vanier – Thérèse Voyer

 

La gagnante du 3è Prix … JEANNE BOURNIVAL

 

Le gagnant du 2e Prix … SYLVAIN POIRIER

 

et le 1er Prix est remis à … LINDA MORIN


 

Le titre d’académicien est naturellement espéré par de nombreux artistes. Les dossiers de ces artistes ont été proposés par leurs pairs, des galeristes et des intervenants culturels, impliqués dans différentes sphères du monde des arts visuels. L’artiste ne peut se proposer lui-même. La candidature des artistes nous a donc été proposée par des tiers.

 

LE TITRE D’ACADÉMICIEN est une distinction accordée uniquement à un artiste professionnel dont la candidature a été soumise par un minimum de deux parrains et ensuite présentée à un jury composé d’artistes chevronnés. Les dossiers ont été évalués pour la qualité des œuvres présentées, de genre figuratif, semi-figuratif, ou non-figuratif. Le parcours et l’implication de l’artiste dans le marché de l’art et leur démarche artistique ont été pris, aussi, en considération.

 

M. Charles Carson, académicien-conseil  a dévoilé le nom des académiciennes et des académiciens 2007.

 

Des académiciennes et académiciens sont actuellement à l’étranger, en France plus précisémment, Muriel Cayet y réside. Laurent Torregrossa et Car-Di y présentent une exposition, ils étaient dans l’impossibilité d’être parmi nous le soir du gala.

 

Yvette Froment : Voici une artiste hyperréaliste sans limites dans ses recherches. Ses œuvres sont d’une criante vérité. Elle a un sens de l’observation très aiguisé et une longue expérience personnelle. Elle mérite largement le titre qui lui est octroyé.

 

Édith Rémy : Cette artiste-peintre, spécialiste des scènes de genre, des scènes de vie, crée des atmosphères magnifiques, des œuvres très humaines et d’une grande richesse de tons et de valeurs.

 

Claude Lapierre : Un artiste polyvalent qui a suivi de nombreux ateliers de peinture et de musique. Sa peinture est riche en couleurs, sonore, dynamique et combien imaginative. Il fait jazzer ses tableaux.

 

Michel Giroux :  Voilà un artiste multidisciplinaire des plus intéressants. Sculpteur et peintre, son intérêt est dirigé particulièrement vers la faune ailée et il voyage ainsi de la mésange au héron. Il peut passer du bois sculpté à la peinture sans aucune gêne.

 

Serge Nadeau : Les transparences aquarellées de cet artiste sont un signe évident de sa grande sensibilité. Il peut déformer n’importe quel objet sans déformer l’élégance du sujet. Très audacieux, il fait preuve d’une grande richesse picturale.

 

Francine Gravel : Caroline Bruens a lu un court d’un texte de Francine Gravel à titre de présentation de la pensée poétique de l’artiste: Comme le petit Prince

 

Marcel Charest : Voici un expert de la synthèse entre l’ancien et le nouveau, entre le classique et le moderne. Ses œuvres ne sont ni figuratives, ni abstraites, disons qu’elles sont semi-figuratives et qu’elles vibrent à un rythme très particulier.

 

Gisèle Rivard : Voilà une artiste habitée du désir de connaître et de faire connaître. Ses nouvelles œuvres, je devrais dire ses nouvelles compositions, Relèvent d’un graphisme recherché, mais combien personnel et d’une grande richesse de valeurs.

 

Ses titres et nomination furent clôturées par la chanson :  Tout va changer ce soir … Paroles : Pierre Delanoé. Musique Michel Fugain.

 

Puis nous avons invité le grand-maître Umberto Bruni à venir sur la scène pour nous révéler le Grand Prix Socrate.

Le GRAND PRIX SOCRATE est un prix attribué uniquement à un académicien. Les œuvres ont été sélectionnées et jugées par le groupe d’académiciens-conseil. C’est une grande distinction, accordée par l'Académie à l’artiste académicien qui a présenté une création exceptionnelle de qualité. L'oeuvre a été évaluée par les académiciens-conseil, tous médiums ou disciplines confondus.

 

Voici quelques commentaires reçus après le gala : « …Je ne savais pas que j’étais en nomination et je dois dire que la compétition était forte. Le suspense était intéressant» «Être sélectionné par ses pairs, par un jury de grande qualité, fait toujours chaud au cœur.» «J’ai ressenti beaucoup d’émotion quand j’ai vu mon œuvre sur grand écran»…

Et les cinq œuvres retenues pour le GRAND PRIX SOCRATE ont été présentées … par ordre alphabétique avec un bref texte de présentation de Caroline Bruens.

 

Micheline Caillé nous présente des pièces issues de son imaginaire, ses tableaux sont empreints de poésie, d’émotions et nous rappellent bien des souvenirs.

 

Diane Forest, aquarelliste de grand talent, pousse ses recherches de la lumière de façon très personnelles. Ses oeuvres sont originales, sensibles et d’un profond réalisme.

 

Réjean Gilbert : Les pièces originales de ce sculpteur nous révèlent les mystères de la faune ailée. Il est important de placer ce genre d’artiste sous les projecteurs.

 

Denis Jacques démontre une grande sensibilité qui atteint la perfection dans la réalisation de ses œuvres. Très personnel, il se distingue avec une grande affinité au «Bella Arte».

 

Lyse C. Marsan : La France a reconnu la qualité de l’œuvre de Lyse C. Marsan en lui accordant la médaille d’or du Mérite et dévouement français au titre des arts. Le prochain vernissage de Lyse C. Marsan, aura lieu au Grand Palais à Paris du 22 novembre au 2 décembre 2007, une preuve de plus que les membres de l’Académie font du chemin à l’échelle internationale.

 

Humberto Pinochet : Artiste polyvalent, ses scènes de genre nous démontre la qualité de son observation de l’être humain. Rien ne lui résiste, aucun sujet ne le rebute, on peut dire de lui qu’il est un artiste complet.

 

Le GRAND PRIX SOCRATE a été créé pour présenter au public des œuvres sélectionnées parmi nos académiciens et le seul fait d’être candidat au GRAND PRIX SOCRATE est déjà une reconnaissance en soi. 

 

Monsieur Bruni a eu le plaisir de proclamer le gagnant en ces termes : Le jury s’est prononcé et le gagnant du Grand Prix Socrate est…………. : Denis Jacques.

 
M. Denis Jacques a reçu le Prix de l’Atelier Giclart, une trousse de reproduction de giclées d’une valeur de 800$
 
 
 

Une bourse de 500$ accordée par la Galerie Richelieu, de Montréal, pour son travail d’une grande sensibilité et pour la perfection de la réalisation de son œuvre. Une œuvre très personnelle et d’une qualité exceptionnelle.  Caroline Bruens a remis la bourse de la galerie Richelieu, et Monsieur Denis Jacques a tenu à remercier l’Académie et à attirer l’attention sur l’importance de sensibiliser le public à l’art pour sa valeur intrinsèque.

 
 

Le titre de maître-académicien est une grande fonction. Dans toutes les sociétés, dans tous les regroupements, dans tous les ensembles humains, nous trouvons des étages de valeur attribués à certaines personnes dont les qualités, les compétences professionnelles ou parfois le charisme se sont incontestablement vu reconnaître par leurs collègues ou leurs confrères.

 

Il en est de même en art. Les étapes sont nombreuses à toujours difficiles à franchir. Le temps joue toujours un grand rôle dans cette échelle de valeurs. Être reconnu comme maître-académicien, c’est d’avoir été parrainé par ses pairs, d’avoir démontré des preuves d’une grande qualité professionnelle, d’éthique et d’implication dans le monde des arts.

 
Présentation de Jacques Hébert par Louis Bruens

Cet aquarelliste mérite d’être mis à l’honneur en qualité de maitre, pour l’originalité et la qualité de ses œuvres, mais aussi pour son apport indéniable à la colonie artistique. L’Académie souligne tout particulièrement l’implication, à titre de cofondateur de la Société canadienne d’aquarelle, de Monsieur Jacques Hébert. En fait, ils étaient deux, lui et Jean-Paul Ladouceur, ce dernier aujourd’hui disparu. Après 35 ans de métier, Jacques Hébert est resté prisonnier de l’aquarelle.

 

J’ai pour cet artiste un grand respect. Il tient sa formation de plusieurs maîtres américains. Bien qu’il réside à Québec, il enseigne aussi l’aquarelle dans tous les coins de la province, en Ontario, aux États-Unis et en Europe.

En 1988, je réalisais un long métrage qui porte pour titre « Faut êtr’ fou pour peindre dehors » il faisait alors partie des 27 artistes filmés cette semaine-là, à Chicoutimi. J’oubliais. Il travaille encore toujours sur le motif, quelque soit la température, comme à cette époque.

Un court métrage hommage à Jacques Hébert a ensuite été présenté.
 

avec une intervention humoristique de l’artiste-peintre Pierre Labrecque, complice, qui rapportait le chapeau perdu par Jacques Hébert… il y a vingt ans, lors du tournage du long métrage.

 
Puis Roland Palmaerts fut reconnu comme maître-académicien
 

Le soir du gala, étant donné la présence de Roland Palmaerts en Europe, c’est son fils, Jonathan, qui a reçu les honneurs et qui représentait son père pour recevoir le titre de Maitre Académicien.

 

LOUIS BRUENS : Roland Palmaerts est actuellement en Europe, il expose dans différents pays où il fait rayonner les actions de l’AIBAQ ainsi qu’il nous l’a proposé. Il fait partie d’une catégorie d’artiste hors du commun. Aquarelliste et acryliste de réputation mondiale, il est surnommé par ses pairs : «Le Magicien du pinceau».

 
La présentation de Charles Carsonet le vidéo hommage était à couper le souffle. Et c’est en ces termes que Louis Bruens s’est adressé au nouveau maître-académicien.

Un analyste ou un expert se doit d’avoir du flair et au sujet de l’artiste que je vais vous présenter tous les experts ont été d’accord. L’artiste en question m’a un jour vraiment surpris avec un de ses tableaux et il continue encore de m’étonner. Voilà plus de 25 ans que ce peintre d’un talent indéniable joue avec sa palette de couleurs vives, ses lumières particulières et son imagination fertile. 2 genres le caractérisent, le semi-figuratif et l’abstractivisme. Il a donné naissance au «Carsonisme» qui fait actuellement école dans plusieurs pays. Charles Carson s’est impliqué concrètement dans l’AIBAQ depuis les tous débuts.

 

Les jeunes artistes oublient le plus souvent qu’il ne s’agit pas seulement de créer, mais encore, il est impératif de se faire connaître et d’exposer ses œuvres par tous les moyens à leur disposition. L’artiste qui va vous être présenté, a compris cette règle. Il n’a jamais hésité à rencontrer des experts en marché d’art et des collectionneurs et des investisseurs dans le but précis de leur demander des conseils, conseils qu’il a plus souvent suivis scrupuleusement. Charles Carson est devenu depuis un peintre d’envergure internationale, mais voyez par vous-mêmes.

La projection du vidéo hommage qui permettait de voir l’œuvre de Carson sur grand écran a fasciné les invités. L’Ambassadeur international n’a pas perdu de temps… Charles Carson s’est envolé pour Paris le lendemain, pour une exposition à Sées, en France et c’est sur un extrait de : Un peu plus haut… un peu plus loin que l’artiste a reçu son obélisque et son parchemin honorifique à titre de maître-académicien. Un moment magique!
 
Louis Bruens a ensuite présenté Jean Letarte à titre de maître-académicien en ces termes :

Depuis que l’homme est en état de représenter ce qui l’entoure, il s’est empressé de graver, de dessiner et ses chasses et son environnement. Rappelons-nous les grottes de Lascaux, d’Altamira, les rochers du Sahara ou d’Asie.

 

De siècle en siècle, des hommes se sont évertués à reproduire leur vie, leur entourage, leurs croyances et leurs rêves. L’image à toujours été le meilleur moyen de communication des réalités pour arriver à transmettre des allégories, des paraboles, des emblèmes, enfin des symboles.

 

Un symbole n’est pas nécessairement une image que l’on reconnaît facilement, c’est comme un code qu’il nous faut analyser lentement, et patiemment pour découvrir des vérités.

 

Nous ne sommes plus à l’époque des tableaux religieux dont le but symbolique était le plus souvent de représenter une supposée histoire originelle.

 

Aujourd’hui, encore, des images existent, mais rares sont les artistes dont l’intelligence crée de véritables images symboliques. Nous avons, parmi les membres de l’Académie, un phénomène en la matière. Pourra-t-on le comprendre, je n’en sais rien… pourtant moi j’ai compris ces images, pleine de sens et de vérités. Oh, ce n’est pas de la peinture commerciale, c’est profond et ses œuvres exigent de l’attention, de l’intérêt et du rappel des choses qui nous entourent depuis toujours.

 

Jean Letarte est le maître de l’image au Canada, il la vit, il la crée, il communique ses pensées par des visions  issues de son imaginaire. Il est, je crois, le seul peintre véritablement symboliste que je connaisse. Mais, qui plus est, c’est un maître de la représentation dans tous les sens du mot. Que ce soit, de la caméra, de la vidéo, du montage, du dessin, de la peinture, de la sculpture ou de la gravure, rien ne lui échappe.

 

Le film que vous avez vu au début de la soirée est son œuvre. C’est l’artiste en art visuel dans tous le sens du mot. Il n’est plus tous jeune… mais plus jeune que moi et il mérite largement, le titre de maître académicien.

Le vidéo hommage de Jean Letarte nous présentait l’artiste à l’œuvre dans toutes les facettes de son art… il fut présenté tour à tour comme peintre, sculpteur, vidéaste, un pur délice.
 

Afin d’honorer les lauréats une chanson unique de Serge Lama a été interprétée de façon magistrale par Linda Dubois, accompagnée de Brigitte Leclerc, nous avons partagé cet instant avec nos deux académiciens disparus cette année, nos peintres et amis Gaston Rebry et Jean-Paul Lapointe.

Les commentaires retirés des entrevues d’après gala étaient éloquents : «…merveilleux!» «…émouvant!» «…Irréel!» «…Extra!» «…Absolument extraordinaire!» «… une découverte!»

Je ne suis qu’une Chanson… Paroles et Musique : Diane Juster alors que l’artiste montait sur scène pour y prendre la parole.

 

DIANE FOREST : Habituellement, je m’adresse à une assemblée moins nombreuse et j’aborde des sujets se rapportant à ma profession. C’est le pinceau à la main que j’exécute mes démonstrations d’aquarelle. C’est donc aujourd’hui sans armure… que je vous dirai quelques mots ce soir.

 

Avoir été consacrée Artiste de l’Année en 2006 a été une surprise totale qui a influencé immédiatement mon plan de carrière, puisque j’ai été immédiatement intégrée dans cette magnifique galerie qu’est le Balcon d’Art, à St-Lambert.

 

Je suis restée sur mon petit nuage, portée sur une vague d’énergie et d’encouragement tout au long de l’année.

 

J’en profite pour remercier l’Académie de tout mon cœur pour toutes ces joies, ces aventures, ces apprentissages, ces découvertes et surtout pour l’amitié qui fleurit au sein de l’équipe et qui enveloppe les artistes. Je souhaite à l’Artiste de l’Année 2007, que cette année lui apporte autant qu’à moi et même plus.

 

Merci à l’Académie, à Caroline et à Monsieur Bruens

 

Puis elle a enclenchée, avec Louis Bruens, le petit jeu du mystère de l’Académie… QUI EST L’ARTISTE DE L’ANNÉE 2007?

 

– Mais qui est l’Artiste de l’Année 2007, à l’Académie Monsieur Bruens le savez-vous ?

 

– LOUIS BRUENS : Diane tu sais toi qui est l’artiste de l’année ?

 

– DIANE FOREST: NON, NON… Monsieur Bruens, je vous assure que je ne le sais pas…

 

– LOUIS BRUENS : Tu es encore, pour quelques minutes, l’Artiste de l’Année… Peux-tu nous dire ce que c’est que d’être l’Artiste de l’Année à l’Académie ? Mais tu es bien certaine que tu ne connais pas le nom de l’artiste de l’année?

 
– DIANE FOREST : Je ne le sais pas… je le jure
 

C’est à ce moment que Linda Dubois a coupé court à cet échange verbal avec un extrait humoristique de la CHANSON : QUI PRENDRA MA PLACE… interprété habituellement par Marie-mai (refrain) extrait…

 

CAROLINE BRUENS est alors intervenue : Oui, oui … MOI je le sais,  qui est l’Artiste de l’Année … (et a remis l’enveloppe à Diane et à Louis).

 
– DIANE FOREST : L’artiste a gagné ce soir un titre important;
 

– LOUIS BRUENS : De plus il … ou elle a reçu une distinction honorifique…de ses pairs… ici ce soir;

 

– DIANE FOREST : On dit que cet(te) artiste a enseigné dans plusieurs universités canadiennes;

 

– LOUIS BRUENS : On se doit de dire aussi que sa peinture est très imaginative et originale;

 

– DIANE FOREST : Ses œuvres sont représentées dans des galeries d’art d’un océan à l’autre;

 

– LOUIS BRUENS : On dit qu’elle a présenté plus de 85 expositions solos et participé à une soixantaine d’expositions de groupes et on dit aussi que les œuvres de cette artiste d’envergure internationale ont été exposées en Belgique, au Canada, en Angleterre, en France, à Monaco et aux Etats-Unis, au cours des 40 dernières années.

 

– DIANE FOREST : À une certaine époque l’artiste était l’élève du Grand Maître Umberto Bruni, ils sont d’ailleurs tous deux avec nous ce soir.

 

– LOUIS BRUENS : On dit aussi que l’artiste est poète et écrivain, qu’il ou qu’elle illustre ses livres et que ses gravures semblent relever de légendes médiévales;

 

– DIANE FOREST : On dit ici… que l’artiste dont on parle… figure dans un de vos nombreux livres, Monsieur Bruens, c’est écrit sur ma feuille… l’artiste figurait dans votre livre : 52 Couleurs 52 peintres…

 

– LOUIS BRUENS : En effet, je le lis … mais,… il y a déjà trente ans de cela.

 

– DIANE FOREST : On dit encore… que l’artiste a été choisies par des orchestres symphoniques pour créer des toiles correspondant à des thèmes d’opéras, de concerts et des pochettes de disques.

 

– LOUIS BRUENS : L’Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec confère à cet(te) artiste le titre d’Artiste de l’Année.

 

Le maître de céréronie s’est penché, lui aussi sur la question et a invité  mesdames Bonnita et Nathalie Beauchamp, à monter sur la scène pour remettre la bourse de 500 $ offerte par Multi-Art et la Galerie le Balcon d'Art, de St-Lambert, pour que nous puissions enfin connaître : l’ARTISTE DE L’ANNÉE 2007-2008.

 
La 1ere  enveloppe de

NATHALIE BEAUCHAMP: L’artiste de l’année est : …

 
2e enveloppe :

BONNITA BEAUCHAMP : Il nous fait maintenant plaisir de remettre une bourse de 500 $ à … l’Artiste de l’Année.

 

Et la 3e enveloppe remise à Madame Bonnita Beauchamp s’est avérée être la bonne et l’’artiste de l’année fut proclamée : silence…

Et c’est sur la chanson thème : ET BONJOUR À TOI L’ARTISTE que Francine Gravel est montée sur scène où, sous les applaudissements, elle a reçu sa bourse, ses honneurs, ses fleurs et beaucoup d’amour.
 

LOUIS BRUENS : Avant de terminer cette magnifique soirée, je désire vous remercier de nous avoir encouragés par votre présence ici ce soir.  Étant donné que cela prendrait cinq heures pour remercier tout les membres de l’équipe de l’ACADEMIA XXI, je veux qu’ils sachent tous à quel point ils nous furent indispensables et que chaque effort, même le plus minime a eu son importance, croyez-moi! Bonsoir à tout le monde et prenez garde sur la route.

 

Et c’est à cet instant que le gala a pris une tournure complètement imprévue, et totalement inattendue par Caroline et Louis Bruens.

 

En lieu et place des applaudissements… prévisibles… un long instant de silence, puis un court métrage surprise, retraçant des instants de leur carrière leur fut offert par tous les artistes…

Les arroseurs arrosés…  telle fut la phrase qui leur fit prendre conscience de ce qui se passait.

 

Et, venant de tous les coins de la salle, les artistes montaient sur scène, porteur de gerbes de fleurs, cette surprise fut concoctée par les artistes à l’insu total des fondateurs de l’Académie, ces derniers sont restés figées, puis l’émotion s’est emparée d’eux alors que les artistes envahissaient littéralement la scène. Ce fut un instant des plus émouvants pour les récipiendaires. Les artistes ont réussi un coup fantastique. Un livre signatures souvenir a été remis à Caroline et Louis portant les témoignages de tant de membres en signe de remerciements et de félicitations. Quel moment fabuleux ! Caroline n’a pu s’empêcher de redistribuer les fleurs aux artistes sur la scène… tant de fleurs et tant d’amour…

 

Et c’est ainsi que ce terminât le gala ACADEMIA XXI – 2007 dans la joie, l’amour, la complicité et cette merveilleuse entente des membres de l’Académie.

 


 
 

À Laura Leroux, mère de Caroline, mais aussi la doyenne des habilleuses au Québec qui continue inlassablement à se dévouer… cette fois pour les artistes en arts visuels;

À Patrick Plouffe : Programmeur, webmestre, concepteur-infographe, technicien et homme de confiance. Patrick fait partie de l’équipe organisatrice et décisionnelle de l’académie sans qui cette soirée n’aurait pas été possible une fois encore merci !

L’équipe du Musée des beaux-arts de Montréal : Monsieur Michel Ménard, coordonnateur des événements spéciaux, ainsi que Monsieur Wayne Cullen, technicien en chef du Musée;

À Luc Lefebvre, maître de cérémonie pour le professionnalisme dont il a fait preuve ce soir encore;

À Linda Dubois et Brigitte Leclerc, ces deux complices qui ont si bien su nous émouvoir et nous charmer;

À toutes les directrices des galeries d’art qui ont offert des bourses aux artistes :

    1. Le Balcon d’Art;
    2. Galerie Richelieu;
    3. Galerie Lamoureux-Ritzenhoff;
    4. et la Galerie Berick.

Aux amis de l’Académie pour leurs diverses façons de s’impliquer dans le développement de cette dernière :


Les créations artistiques présentées sur les sites de l'AIBAQ sont protégées par le droit d'auteur. Toute reproduction sans le consentement de l'auteur est illégale et peut faire l'objet de poursuites judiciaires.
 
Les auteurs conservent l'entière responsabilité de leurs textes et ne présentent pas nécessairement les opinions de l'Académie (AIBAQ.)

© Copyright A.I.B.A.Q. 2005-2017 - Tous droits réservés